Quand la tristesse…

Quand la tristesse devient gouffre béant
Quand elle devient sombre lagune
Quand les mouettes croassent au crépuscule
Quand la nuit n’est qu’obscurité

Alors c’est que quelque chose rode
Quelque chose remonté de la géhenne
Un néant opaque et poisseux
Qui englue et vide la vie

Quand la tristesse devient cette erreur
Alors il est temps de marcher
De marcher vers le haut de la colline
Le haut où pousse l’olivier


Et sous l’olivier ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.