L’athée et la croyante (Fable)

« J’ai confiance en toi.
Je te connais,
Moi, je suis né avec une partie de toi.
Tu me connais,
Une partie de toi est né avec moi.
Je me passe de certitudes,
Ma confiance en toi suffit. »
Ainsi priait, chaque jour, l’ouvrière croyante,
Sur la chaine de son ouvrage.
Elle connaissait chaque pièce créée.
Elle réparait et entretenait les machines fatiguées.
Elle virevoltait en aval et en amont de sa place
Pour que chaque objet puisse naitre à l’existence.
Parfois, elle regardait en haut
Dans le bureau surplombant l’atelier,
Le directeur avec l’air si fatigué.

« Des certitudes, des certitudes,
Il me faut des certitudes.
Mes collaborateurs par moi salariés
Sont menteurs, ils sont aussi voleurs.
Je dois les surveiller.
Surveiller leur travail.
Surveiller aussi les comptes.
Surtout surveiller les fournisseurs, escrocs.
Et satisfaire les actionnaires.
Encore serrer la vis pour être certain. »
Ainsi pensait chaque jour le directeur athée.
Contrôle, pouvoir et besoin de certitudes.
Son cœur était en pierre,
Pour battre, il lui fallait une lourde masse.

Ce jour là, en colère, il descendit dans l’atelier
Pour vérifier, contrôler, punir et ordonner.
Mais au milieu de l’escalier de fer, son cœur s’arrêta.
Elle le vit tomber.
D’un bond, elle était à ses cotés
Elle pria ses collègues d’appeler les pompier.
Et de ses mains d’ouvrière, elle massa
Elle encourageait ce cœur de repartir
Elle y déposait tout son amour pour la vie.
Le cœur repartit
Les pompiers arrivèrent.

Elle se rendit à l’hôpital, pour le voir.
Il s’y trouvait l’épouse du directeur et ses enfants.
Ils avaient le regard dure
Ils avaient un cœur de pierre.
Dans son lit,
Nu, dans sa chemise d’hôpital,
Perdu, il pleurait.
Elle le salua,
Lui donna les nouvelles de tous,
Lui donna les nouvelles de l’usine.
Tous et tout allaient bien.
Elle lui sourit et lui serra la main.
Pour la première fois, il eut confiance.
En sortant elle sourit à la femme
Elle sourit aux enfants.
Quelque chose dans l’air se transforma.

Chaque jour est un inattendu
Chaque jour l’univers, notre cosmos se crée
Les certitudes d’hier, ne sont plus celle d’aujourd’hui
Le seul accueille possible de l’infini : la confiance.
La Foi.

Et voilà, une fable non genré, une ouvrière est une femme, est un homme, est un iel, de même pour le directeur. C’est une fable dont la morale, n’est pas moral mais juste un mot. Un mot qui devient une source nourricière. Elle offre à la vie de toujours se poursuivre.

Dérangé

En prière, aux jardins de nos silences,
les futurs établis par Big-Data ont déferlés.

Assis en oraison,
Le courant d’air glaciale transhumaniste, me pose question.
Dans ce verger pollué
D’égos en errance,
De mort des avenirs,
J’ai le sentiment inquiétant de voir surgir
Une bande,
Une clique,
Plus encore, une camarilla,
D’adolescents complexés et desséché,
Mais dont l’âge réel est bien avancé.
Ils portent dans leurs regards évidés leur échec spirituel intégral.
S’habillent de leur narcissisme exacerbé vacant,
Injustifié,
Ils se laissent penser que le monde, notre monde, notre terre,
Voudrait les garder immortel pour l’éternité.

C’est à la fois vertigineux, effrayant et abyssalement pathétique.
Et en ce jardin emparé,
Puis abimé,
Macron est leur fer de Lance.

Mais nous avons les poétesses, les artistes, les rêveuses et les joueuses
En toute Adelphité, iels inventent des mots nouveaux,
Des grammaires nouvelles,
Des inventions n’ayant encore jamais poussées,
Le jardin s’habille alors d’une beauté neuve.
Pas innovante, pas renouvelé. Non, naissante.
Le jardin où ne peut entrer le vieux monde.

Iels me disent à l’oreille,
N’importe où sur terre, tu es au bord du monde
N’importe où dans l’univers, tu es au bord de Cosmos.
Et de l’autre coté brillent d’une lumière sans pareil
La beauté et l’amour.

La crue

Je suis né Jésus
Je suis venu par ma mère Marie
Joseph et elle m’ont aidé à grandir
Devenir jeune homme
Charpentier et doux villageois
Joseph a fini sa vie terrestre
J’ai repris l’atelier
Et repris les chantiers
Devoir du fils envers sa mère.
Mais, elle savait.
Et à Cana, elle a tout déclenché.
Sur moi, Jésus le charpentier
A déferlé mon Père.
L’arroyo que j’étais
Est devenu ruisseau
Puis rivière
Puis fleuve
Un Jourdain d’amour en crue.
Un amour d’une telle quantité
D’une telle puissance
Qu’elle a débordé en crue
Recouvrant toute la terre de cet amour brut.
Le fleuve ne pouvait s’arrêter
Il fallait fermer la source et se sacrifier
Alors j’ai tout donné
J’ai donné ma mère, mon amour, mes amis, mon corps, mon âme et un instant même mon esprit.
Et tout s’arrêta,
la crue brute s’infiltra
Je revins par la porte de lumière, la porte de l’esprit.
Je me suis révélé à quelques unes et puis quelques uns.
La Terre a séché
Je me suis enfin soustrait à leurs regards.
Avais je été un rêve ?
Avais je été une illusion ?
Toute la Terre avait été fertilisé par la crue.

Et mes sœurs, et mes frères en humanité
Poursuivent le chemin de la vraie liberté
Celle de la créature devenue créatrice.

Marie le savait depuis le premier jour de ses 16 ans.
Et l’autre Marie l’avait compris quand elle me vit à Cana.
La liberté de la Vérité.


C’est le débordement des fleuves qui toujours nourrissent et renouvelle la Terre.
La Révolution française a débordé jusqu’à Moscou, mais quand elle se retira en Louis XVIII toute l’Europe avait était fertilisé. Et au printemps naissaient le renouveau.

Rien ne peut plus être comme avant, une fois que Jésus fut mort sur la Croix et qu’il fut ressuscité.

Que dire de ce qui viens de se passer en France à Gauche.
Est-ce une nouvelle crue ?
L’aubépine se joindra-t-elle au Muguet en ce premier mai ?