Le Christ en Croix

Au cœur de cette nuit, endormi, je t’ai vu.
Couché au sol sur la croix de bois noir et épais.
Deux soldats plantaient des clous à trois faces dans tes poignets.
Un soldat en enfonçait dans des chevilles rassemblées.

J’entendais hurler ta douleur.
C’était moi qui criais.
Je voyais la lumière traversait les nues pour s’engouffrer dans ces plaies.
Beaucoup passer par les chevilles.

Les trois soldats te redressaient
Alors tes plaies restituaient la lumière aveuglante.
Elle inondait le monde
Personne, hormis ta mère et ton amie, ne la voyait.
Les lumières de tes plaies aux chevilles traversaient le temps.

Et d’aujourd’hui je la reçois encore en plein cœur.
Et je vois
Et j’entends,
Les larmes des deux Maries.

Galaxie du dollar d’argent et Covid

Les constellations n’existent pas comme réelle ?
Elles ne sont que représentation de ce qui est vu d’ici ?
Elles ne sont pas objets en relation entre eux ?

Si, et oui, si.
Elles nous disent où sont les galaxies.
Elles nous disent où nous sommes sur notre terre.
Elles nous disent qui était le ciel de nos naissances.
Elles nous diront les ciels de nos morts.
Elles seront nos rêves sans fin.

Et pourtant aujourd’hui et là,
Humains, je vous hais.
En ces moments de COVID,
Je vous hais.
Vous êtes masqués et laids
Sans masque je vous hais d’être vaniteux,
Avec masque je vous hais d’être apeuré.
Je vous hais comme vous vous haïssez,
Car nous ne pouvons plus nous sentir.
L’amour n’est pas dans la vue.
L’amour est dans le nez.

Et comme nous nous haïssons,
Ceux qui reste dans leur tour de pouvoir d’ivoire,
Continuent de jouer avec nos leviers haines et peurs.

Alors je tombe le masque,
Et tant pis pour la frayeur.
Je retrouve l’amour et revoit les constellations.

Elles me disent où sont les galaxies.
Elles me disent où je suis sur terre.
Elles me disent qui était le ciel de ma naissance.
Elles me diront le ciel de ma mort.
Elles seront mon rêve sans fin.

L’Effort d’être spectateur par Pierre Notte

Citations

La télévision le rend tel quel, le réel, c’est-à-dire qu’elle le crache, le recrache, parfois le vomit. Elle va le chercher dans les poubelles, ou elle le reproduit dans ses studios, comme il est dans la vie vraie. Cela fait de moi, la plupart du temps, un consommateur, un gros mangeur de choses réelles (je n’évoque pas ici les génies qui tentent de réorganiser ces états de fait du monde représenté, qui remettent tout en cause).
Au cinéma, je lève la tête vers des choses grandes, qu’elle me donne à voir j’assiste à des imitations du vrai, je consomme des reproductions de la réalité. Devant la télévision, je baisse la tête devant une petite chose, dans laquelle tout est plus petit, je deviens un bouffeur du vrai d’une vérité devenue obscène, énorme, en gros plan et le plus souvent sans aucun artifice.
Au théâtre, le réel est plus rare, la vérité apparaît dans la complicité du mensonge admis, et elle n’est jamais entière. Le réel se laisse transfigurer, faute de moyens. Et je deviens un être qui pense, qui cherche, qui imagine, qui transcende ce qui est donné, et qui agit de surcroît sur la représentation en cours, puisque je suis là et que je réagis. Financièrement, physiquement, intellectuellement, je suis sollicité, et activement, je ne suis pas un consommateur plus ou moins manipulé.

Commentaire personnel : En nous volant le théâtre et les salles de danses le coronavirus nous volent notre humanité

Réception personnel

Je n’ai pas lu beaucoup du mois de mars 2020 à juillet 2020. Je n’avais pas la psyché et l’esprit à lire. Je sais maintenant que tout roman que je lirais aura été écrit avant mars 2020 ou après 2020. Comme il y avait eu un avant 11 septembre 2001 et un après, comme il y avait eu un avant 13 novembre 2015 et un après. Mais je pense que cette année 2020 dépassera de loin toutes les autres.

Les grandes questions ont été posé.

Pourtant les spectacles continueront. Les acteurs se donnerons de la peine pour avec l’impulsion et vision de metteurs en scènes, la créativité d’écrivains, des pièce de théâtre seront présenté et il y aura des spectateurs.
Je serais spectateurs et je vivrais cette aventure du spectacle vivant. Être tous là, et assister à la genèse d’une soirée ou un monde né, vit et meurt sur scène. Une allégorie, une parabole, un symbole de nos propre vie en court. L’Effort d’être spectateur de Pierre Notte est une vraie réflexion sur cela. La place du spectateur qu’il voit m’a touché au plus profond.

Je vous invite à le lire.

Et plus je vous invite à aller le voir sur scène avec ce texte, c’est prodigieux d’intelligence.

Et je retournerais vite réécouter et revoir du théâtre, de la danse contemporaine et du spectacle vivant. Tous ces gens de l’intermittence ont souffert au plus haut point, mais ils nous sont indispensables comme les soignantes soignants, les éboueurs et les ramasseurs de légumes. Ils sont le dernier lieu ou nous pouvons réapprendre l’esprit critique.

Soyons des spectateurs et acceptons d’être subversif !

Je ne suis pas médecin, mais par Étienne Klein

Qu’est ce qui nous empêche de Dire : « Je ne sais pas ! » ?

La démarche scientifique c’est d’abord un émerveillement devant des questions. Puis elle devient un émerveillement devant des réponses que l’on sait provisoires, et ensuite, on repose alors des questions ouverte par les réponses.

Mais voilà entre alors dans le jeu de la science et dans les organisations humaines l’Ego.

Oui l’Ego…

« Finalement quand on ne sait pas, la meilleure attitude est de le dire et d’attendre. »

Croire savoir alors même qu’on sait ne pas savoir, telle me semble être devenue la véritable pathologie du savoir. Pour savoir qu’on est incompétent, il faut être compétent !

Et puis arrive la phrase, avant de découvrir « LA VÉRITÉ ! » » ???

Il eu mieux valu dire « de découvrir une vérité » qui contribuera un temps à enrichir la Science (le Corpus des savoirs que l’on tient provisoirement comme vrai), le mot important à mon sens est « provisoire », de manière provisoire et contingente, au temps et au lieu, et ce savoir sera requestionné en permanence. L’univers est en création permanente à l’échelle de nos connaissances et de notre conscience humaine.

Alors, au-delà du doute scientifique qu’aime Étienne Klein, c’est l’humilité qui est la plus nécessaire. L’humilité qui est cet humus sur lequel pousse et repousse dans cesse une vérité renouvelée. C’est, l’humilité et l’émerveillement qui procurent les plus grandes joies. L’go ne sachant que jouir ou trouver un instant le « bonheur » (bonne heure figé dans le temps avant la redescente).

Finalement, il me manque une dimension dans son tract, pour me sentir plein.

Lire aussi

https://blogs.mediapart.fr/bunchun/blog/060420/reponse-etienne-klein-au-sujet-de-son-tract-de-crise

A SOlène

Monde Moderne ?
Poème sur un blog ?

Sur un blog, les poèmes se perdent dans la nuit du flux
Et dans la nuée du temps.
Le recueil dans la bibliothèque,
On passe devant, en flânant, en coup de vent,
On le feuillette,
On le lit
Et peut-être surtout on le relit sans que jamais ses feuilles ne tombent.

Relié, le recueil ne connait pas l’automne,
Un recueil de poésie vit toujours au printemps.

Algèbre

Néant comme zéro
S’il se multiplie, il absorbe.
S’il divise, il détruit.

Le 1 est autre.
S’il multiplie, c’est « immué ».
S’il divise, cela identique.

Le 1 laisse Libre
Il permet de rayonner
Suive la voie du 1
Et tourné le dos au zéro.

Le 1 au 1 forme un 1 qui rayonne,
Deux points reliés par deux courbes
Et le tout forme le cœur de l’univers.
Création permanente par Aimer.

Je reprends Tsuvadra dK en DD5 / 3

Et voilà je viens de terminer la ré-écriture de la campagne des « mangeurs de pierres » avec les règles de D&D version 5. C’est la campagne Steampunk qui parcourt de nouvelle possibilité dramatique et de nouvelle forme de narration en jeux de rôle.

La ré-écriture m’a conduit a reposer un certain nombre de base en jeu de rôle comme la romance librement accepté et souhaité par les joueurs pour leur personnage.

Le livre de base pour le monde spécifique est bien sur également en ligne mis à jour pour cette deuxième campagne « Tsuvadra D&D5 » il sera enrichi de nouveau pour la campagne suivante.

A partir d’aujourd’hui je commence la troisième campagne, Retour de Pendule et cela va prendre également plusieurs mois, d’autant qu’il y a un travail pour emmener D&D 5 vers le cyber-punk avec une coloration légère space-opéra et un peu de post-apocalyptique !

De la porte au saut quantique

Oui, j’ai pris la porte.
Cette porte que TU as ouverte
La porte de l’esprit.

Et j’ai marché,
Je me suis éloigné,
J’ai grimpé,
Je me suis retourné.
En bas près de la mer
L’œuf de mon égo ouvert.
Le temps ou il était apeuré.

J’ai gravi la montagne par le sentier
J’ai escaladé pour te rencontrer
Pour honorer mon rendez-vous avec toi.

Je suis en haut, au bord du précipice,
Au bord du néant.
Rien. Ni vie, ni vide, ni noir.
Rien.

Si je saute, je disparais ?
Si je saute, je te rejoins ?
Intelligence et Sagesse abandonné.
Il ne me reste plus que la Foi…

Marie chaque jour accomplie cet acte,
OUI.

Tsuvadra ou Ichthus : le défi de Compétences

Le Défi de compétences

Le défi de compétences est une partie de règle qui a disparue de la version 5 de donjon et dragon. Mais je trouve qu’il est important et riche c’est pourquoi je le réintroduis quand même dans mes parties et dans mon corpus de règles.
Un défi de compétence est déterminé par une tâche à accomplir individuellement ou en groupe ayant un degré de complexité, une difficulté et une période de temps d’accomplissement des tâches unitaires.
Pour cela durant chaque période de temps chaque PJ va pouvoir effectuer un test de compétence principale ou un test de compétence secondaire et le cas échéant effectuer le test de compétence de groupe.
Un test de compétence de groupe, est réussis si la moitié arrondis au supérieur de joueurs obtiennent un succès (si 5 joueur 3 doivent le réussir). Quand il y a un test de groupe, pour pouvoir effectuer le test sur une autre compétence principale individuel il est nécessaire de l’avoir réussit, sinon il ne peut être testé qu’une compétence secondaire qui n’apporte pas de succès mais peuvent limiter l’accumulation d’échec.

Le défi de compétence est réussi si le nombre de succès est obtenu avant d’avoir souffert de 3 échecs en général.

La complexité détermine le nombre de succès à obtenir avant 3 échecs.

ComplexitéNombre succèsNombre échec
143
263
383
4103
5123

La difficulté du test de compétences (cela peut être une ou plusieurs compétences différentes intervenant dans défi de compétence) est un seuil à atteindre en fonction du niveau de difficulté et de son niveau.
Pour ce jet collectif, il est donné d’une à cinq compétences principales, obligatoirement prise par l’un des PJ et des compétences secondaires qui peuvent ensuite aussi être prise.

Jouer avec

Un défi de compétence permet aux joueurs de choisir les compétences qu’ils vont utiliser et surtout de les mettre en scène par leur narration en fonction de leur réussite ou de leur échec.
On peut utiliser le défi pour structurer toute une partie du scénario, souvent très adapté à l’enquête pour ne pas perdre le fil de la narration. Cela structure la partie autour d’un point commun : le défi.

Exemple

La bonne démarche pour trouver une « actrice » est de se rendre de théâtre en théâtre afin de trouver la jeune femme à l’affiche.

Il sera possible en visitant les théâtres de se rendre compte que l’écriture actuelle est très tournée vers les passions amoureuses tragique avec des situations totalement inextricables. L’époque semble adorer les amours impossibles.

Défi de compétence de complexité 8 réussites difficulté de 17+ (13+ pour un personnage ayant durant le grand hiver le métier d’animateur). 4 jets possibles par soirée.

Compétences principales.

*       Intelligence (Investigation) [groupe],
*       Charisme (Représentation) (ind),
*       Charisme (persuasion) [ind)
*       Dextérité (discrétion) [ind)

Secondaires.

*       Pour rattrapage
*       Charisme (diplomatie)
*       Sagesse (Perspicacité)
*       Charisme (intimidation).

Réussite

Les personnages obtiennent enfin le nom de la pension ou vit peut-être une actrice ressemblant à la description Marine Lanterne.
Cette jeune actrice est décrite comme une femme fatale, très mystérieuse, qui fait un travail remarquable. Elle est recherchée par les metteurs en scène mais celle-ci disparait pendant de longues périodes.

Échec

Retour a cul de basse fausse, les PJ se font retrouver par le renouveau qui commandite la pègre de Proterne et ses assassins.