De néolibéralisme et du nazisme : une même absence de conscience morale (par Günther Anders) sur Le Partage

Je reprend ici un article complet du site « Le Partage« . Cet article parle de Günther Anders dont j’avais proposé un article précédemment. Il fait écho a d’autre questionnement dans notre temps proposé par Barbara Stiegler, Hannah Arendt, François Bégaudeau et bien d’autres.


Le texte qui suit est un extrait de l’excellent livre de Günther Anders intitulé L’Obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, initialement paru en 1956 (traduction française publiée en 2002 par les éditions de l’Encyclopédie des Nuisances/Ivrea). Anders y expose en quoi les abominables crimes des nazis ont été rendus possibles et même favorisés par le fonctionnement général du capitalisme (qui, de la même manière, pour la même raison, génère en permanence toutes sortes de désastres sociaux et écologiques).


L’ « instrumentalisation » : nous ne sommes plus des « agents » mais seulement des collaborateurs. La finalité de notre activité a été démantelée : c’est pourquoi nous vivons sans avenir, sans comprendre que l’avenir disparaît, et donc « aveugles à l’apocalypse ».

Tout le monde sait que notre façon d’agir et donc de travailler a aujourd’hui fondamentalement changé. À l’exception de quelques survivances dépourvues de signification, le travail est devenu une « collaboration » organisée et imposée par l’entreprise. J’insiste bien sur le fait que cette contrainte est imposée par « l’entreprise », car si le travail solitaire n’a certes jamais constitué l’essentiel du travail humain, ce dont il s’agit désormais n’est justement plus de travailler avec les autres, mais d’être au service de l’entreprise (à laquelle celui qui travaille doit allégeance alors qu’il ne peut même pas, lui, se la représenter dans sa totalité), entreprise dont les autres employés ne sont eux-mêmes que des rouages.

C’est une banalité. Mais ce qui vaut pour notre travail vaut aussi — ce fait est moins trivial mais non moins important — pour notre « action » ou plutôt pour notre « activité », car parler d’« action » et affirmer que nous sommes des « agents » sonnerait déjà à nos oreilles (et cette remarque doit être prise au sérieux) comme une exagération. Abstraction faite de quelques rares secteurs, notre activité, désormais inscrite dans le cadre d’une entreprise organisée sur laquelle nous n’avons pas prise mais qui nous impose ses contraintes, se réduit à une collaboration placée sous le signe du conformisme. Chercher à estimer quelle proportion d’activité et de passivité entre dans telle ou telle « collaboration », à délimiter où s’arrête la pure exécution et où commence la part d’initiative, est aussi vain qu’essayer d’analyser les gestes que requiert l’utilisation d’une machine en essayant de distinguer ceux qui sont actifs et ceux qui ne sont que réactifs. Cette distinction est devenue secondaire. L’existence de l’homme actuel n’est plus, la plupart du temps, pure « activité » ou pure « passivité ». Il n’est plus ni complètement actif ni complètement passif, mais plutôt « neutre », à mi-chemin entre l’activité et la passivité. On peut donc qualifier son existence d’« instrumentalisée ».

L’« instrumentalisation » règne partout : dans les pays qui imposent le conformisme par la violence, et aussi dans ceux qui l’obtiennent en douceur. Comme c’est bien sûr dans les pays totalitaires que ce phénomène est le plus clair, je prendrai, pour illustrer ce qu’est l’« instrumentalisation », l’exemple d’un comportement typiquement totalitaire.

Au cours des procès où l’on a jugé les « crimes contre l’humanité », on a très souvent constaté que les accusés étaient vexés, consternés, voire indignés qu’on leur demande « personnellement » des comptes pour les mauvais traitements infligés à ceux qu’ils avaient effectivement maltraités et pour les meurtres de ceux qu’ils avalent effectivement tués. Il serait absolument erroné de ne voir dans ces accusés que des cas de déshumanisation et d’entêtement extrêmes. Ce n’est pas « bien qu’ils aient collaboré », mais le plus souvent « parce qu’ils ont seulement collaboré » qu’ils se sont révélés incapables de repentir, de honte, ou même de la moindre réaction morale. C’est parfois précisément « parce qu’ils avaient collaboré », autrement dit parce que pour eux, « être moral », c’était nécessairement se conduire d’une façon complètement « instrumentalisée », qu’ils avaient bonne conscience (d’avoir personnellement « collaboré »). Voilà comment ils auraient pu formuler ce qu’ils voulaient dire avec leur « entêtement » : « Si seulement nous avions su ce que vous attendiez de nous ! À l’époque, nous étions en règle (ou, si vous voulez, “moraux”). Si une nouvelle entreprise a aujourd’hui remplacé celle à laquelle nous avons collaboré à l’époque d’une façon satisfaisante, nous n’y pouvons rien ! Aujourd’hui, c’est avec celle-ci qu’il est “moral” de collaborer ; à l’époque, c’était avec celle-là. »

Aussi horribles que soient les crimes que cette attitude a rendus possibles, qui les regarderait avec étonnement comme des blocs erratiques égarés dans notre époque s’interdirait par là même de les comprendre, parce que ces crimes perdent toute réalité, du moins toute réalité compréhensible, dès lors qu’on les considère comme des faits isolés.

On ne peut comprendre ces crimes qu’à partir du moment où on les envisage dans leur contexte, c’est-à-dire quand on se demande à quel type d’action ils correspondent, à quel modèle d’activité ils se conforment. La réponse est que, dans la situation où ils les ont commis, leurs auteurs — du moins bon nombre d’entre eux — ont fondamentalement adopté le comportement auquel ils avaient été conditionnés par l’entreprise, auquel celle-ci les avait habitués.

Cette affirmation peut bien sûr sembler choquante. Il est sans doute inévitable qu’elle soit tout d’abord mal comprise, car il n’existe pas d’entreprise (du moins parmi celles qui se nomment « usines » ou « bureaux ») où l’on prépare à tuer en masse ou à torturer. Ce que nous voulons dire est bien plus trivial, Il s’agit seulement d’un fait qui se constate tous les jours mais n’a que rarement été examiné jusque dans ses dernières conséquences : le fait que le principe de l’« instrumentalisation » et du conformisme, la collaboration neutre, « à mi-chemin entre l’activité et la passivité », domine aujourd’hui dans toute entreprise. Personne ne peut plus être personnellement tenu pour responsable de ce qu’il fait ; son activité semble ne plus avoir pour lui aucune conséquence effroyable ou immédiate. Cette conception a cours partout : elle a valeur d’évidence aussi bien à Detroit ou à Wuppertal qu’à Stalingrad. Il est caractéristique de l’entreprise en général, du moins de la grande entreprise telle qu’elle domine aujourd’hui, d’exiger (quelle que soit la fin qu’elle poursuit) un engagement total de la part de ceux qui travaillent pour elle ; il est caractéristique, par ailleurs, de celui qui travaille pour l’entreprise d’« agir passivement », de n’avoir aucune part à la définition des buts de l’entreprise, même si son unique raison d’être est pourtant de contribuer jour après jour à les atteindre ; de n’être jamais (pour recourir à une formulation analogue à celle du problème fondamental du marxisme) « propriétaire » des fins de la production, parce que ces fins ne le concernent pas. S’il en va ainsi pour lui et si, par conséquent, il ne connaît pas, n’a pas besoin de connaître ou ne doit pas connaître la fin de son activité, il n’a manifestement pas non plus besoin d’avoir une conscience morale. On peut donc dire que toute « action » approuvée, voire dictée par la conscience morale individuelle, a été suspendue dans l’entreprise et remplacée par le zèle du collaborateur neutre « à mi-chemin entre l’activité et la passivité ». S’il existe une « bonne conscience » dans l’entreprise, elle consiste paradoxalement en la satisfaction — ou même en la fierté — d’avoir réussi à déconnecter complètement sa propre conscience morale de son activité. L’ouvrier d’usine ou l’employé de bureau qui refuserait de continuer à collaborer à la bonne marche de l’entreprise en alléguant que ce qu’elle produit est en contradiction avec sa conscience morale ou avec une loi morale universelle, ou bien que l’utilisation de ce produit est immorale (du moins qu’elle peut l’être), celui-là passerait dans le meilleur des cas pour un fou et ne tarderait pas à subir en tout cas rapidement les conséquences d’un comportement aussi extravagant.

Tandis que le travail en tant que tel est considéré en toutes circonstances comme « moral », sa fin et son résultat sont considérés dans l’acte même du travail — c’est l’un des traits les plus funestes de notre époque — comme fondamentalement « neutres au regard de la morale ». Quel que soit le travail que l’on fait, le produit de ce travail reste toujours « par-delà le bien et le mal ». Toute caractérisation non nihiliste du produit du travail passe aujourd’hui pour un mensonge. En tout cas — et c’est là que culmine le caractère funeste de l’époque —, le travail lui-même n’a pas d’odeur. Il est psychologiquement inadmissible que le produit à la fabrication duquel on travaille, fût-il le plus répugnant, puisse contaminer le travail lui-même. Le produit et sa fabrication sont, moralement parlant, coupés l’un de l’autre. Le statut moral du produit (le statut des gaz toxiques ou celui de la bombe à hydrogène, par exemple) ne porte aucun ombrage à la moralité du travailleur qui participe à sa fabrication. Peu importe qu’il sache ou non ce qu’il fait, il n’a pas besoin d’une conscience morale pour le faire[1]. Comme nous l’avons déjà dit, c’est l’« absence de conscience morale » qui règne dans l’entreprise.

L’entreprise est le lieu où l’on crée le type de l’homme « instrumentalisé et privé de conscience morale ». C’est là que naissent les conformistes. Il suffit qu’un représentant de ce type d’homme soit placé dans un autre domaine d’activité, dans une autre « entreprise », pour que soudain — sans pourtant se transformer du tout au tout — il devienne monstrueux ; pour qu’il nous remplisse soudain d’effroi ; pour que la suspension de sa conscience morale — qui était pourtant déjà un fait accompli — revête soudain l’aspect d’une pure absence de conscience morale, et la suspension de sa responsabilité celui d’une pure « moral insanity » [« démence morale »]. Tant que nous ne voyons pas cela, nous ne voyons pas que l’entreprise actuelle est le creuset, le modèle de ce type de travail qui exige notre mise au pas, et nous restons incapables de comprendre la figure du conformiste contemporain et le cas particulier de ces hommes « entêtés » qui refusaient, dans les procès évoqués plus haut, de se repentir ou seulement d’accepter la responsabilité des crimes auxquels ils avaient effectivement « collaboré ».

Qu’on ne se méprenne pas. Rien n’est plus étranger à l’auteur que l’idée qu’il faille ici « comprendre pour pardonner » ; rien ne peut lui être plus étranger, puisqu’il ne doit lui-même qu’à un pur hasard de ne pas avoir été comme les siens victime de ces hommes. Ce qu’il veut montrer, c’est bien plutôt que ces crimes, ayant pour base l’« instrumentalisation » qui caractérise le mode de travail actuel, correspondent de la façon la plus étroite à l’essence de l’époque contemporaine. C’est ce qui les rend incomparablement plus effroyables et sinistres qu’on ne l’a dit à l’époque, quand on cherchait à les comprendre (dans les débats sur la « responsabilité collective », par exemple) ; d’autant plus effroyables et sinistres que leur condition préalable — le mode de travail actuel, précisément — n’a pas disparu et existe toujours aujourd’hui comme hier, ici comme partout ailleurs ; d’autant plus effroyables et sinistres que nous ne savons plus où chercher un éventuel remède ; d’autant plus effroyables et sinistres enfin que nous sommes incapables de nous représenter un mode de production et de travail qui s’écarte du mode partout dominant[2]. C’est pourquoi nous tenons pour une pure automystification le fait de ne voir dans ces crimes que des « événements erratiques » qui n’ont eu lieu qu’une fois, exceptionnellement, et dont rien ne peut laisser croire qu’ils se répéteront. L’« instrumentalisation » et le conformisme dominant aujourd’hui plus que jamais, on ne voit pas ce qui pourrait s’opposer à ce que l’horreur se répète et on ne voit pas non plus pourquoi un Erostrate à qui, un beau jour, il passerait par la tête de commettre un « génocide » ou tout autre crime du même genre devrait douter ne serait-ce qu’un instant de la ferme collaboration de ses contemporains. Il peut dormir tranquille. Ils ne le laisseront pas tomber et rejoindront même leurs postes par essaims motorisés.


  1. Le collaborateur dont l’âme s’inquiète d’avoir collaboré est un phénomène tout à fait nouveau, une figure qui n’existait pas avant la production de la bombe atomique. Un tel type d’homme ne peut pas se développer du jour au lendemain. L’affaire Oppenheimer prouve que (tout particulièrement pendant les périodes de conformisme extrême) l’homme torturé par ses scrupules arrive encore à avoir des scrupules d’avoir eu des scrupules parce qu’il les considère — d’une façon moralement contestable — comme des sentiments qu’il n’aurait pas réussi à mettre au pas. Mais de tels scrupules sont encore aujourd’hui exceptionnels. L’axiome premier reste celui qui dit que le travail n’a pas d’odeur, qu’aucun travail ne saurait être moralement discrédité par sa finalité. Cet axiome n’est pas seulement funeste parce qu’il confère au crime le plus effroyable un air d’innocence, mais aussi parce qu’il n’est que pur nihilisme : en effet, si la plus grande partie des activités humaines — et le travail en constitue la plus grande partie — est d’emblée soustraite aux jugements moraux, cela conduit inévitablement à la domination effective du nihilisme. (N.d.A.)
  1. L’automatisation est, à l’inverse, le remplacement définitif de la conscience morale par le souci du bon fonctionnement mécanique. (N.d.A.)

8 mai 2021 – premier

Pamphlet conte les socialistes

Désolé pour ceux que je choquerais. Ma prière est que nous sortions de l’individualisme et que nous devenions des personnes humaines singulières pour que nous entrions en relation. C’est un grand coup de colère contre 1981 et cette noire tromperie. Il n’y a pas de Napoléon dedans, mais j’y glisse une petite fleur de souvenir aux couleurs « Thérésienne » d’un cerisier, pour la commune de Paris.


Socialiste ! Pourquoi ne vous aimé-je pas ?

Quelques définitions en prémisse

Individu. C’est un élément d’un ensemble respectant des lois fixes et données. L’élément possède des propriétés superficielles qui le différencie superficiellement des autres. Couleurs, tailles, poids, goûts et dégouts. Les individus sont interchangeables, non indispensables et ils suivent les lois de l’ensemble. L’individu à besoin pour exister des lois de l’ensemble et d’ordres simples. L’individu aime ce qui est simple.

Personne. Entendre personne singulière. C’est un être unique, seul dans son ensemble, un singleton de son univers, de son cosmos. Le personne ne peut pas être remplacé et elle exprime le divin à sa manière unique. Les personnes construisent des relations avec les autres personnes, qui sont tout aussi unique et tout aussi différentes. Les personnes pour faire société ont besoin de se relier et aussi de construire des politiques.

Bourgeois. Le bourgeois est un individu qui appartient à la bourgeoisie. Le bourgeois pour se sentir en sécurité s’est enfermé dans le bourg derrière ses murailles. Le bourgeois a peur du monde extérieur ouvert et à l’à venir inattendu. Le bourgeois veut être rassuré, il veut des événements certains et simple. Le bourgeois veut une propriété, être bine sur que les choses et les gens sont à lui. Et pour cela il veut des lois qui le protège et qui chasses le personnes qui sont autre en dehors du bourg. Mendicité interdite. La vie du bourgeois est étriquée, sans nouveauté, juste un peu d’innovation qui est recoloration de l’ancien. Il ne veut ni nouveau, ni invention, ni découverte. Il veut juste en matière de liberté pouvoir choisir la couleur de sa chemise.

Et maintenant les SO.CIA.LISTES…

Le socialiste est un individu bourgeois qui culpabilise et qui veut être certain qu’il est dans le vrai, le sûr, le bon et le beau. Il s’agrippe comme le bourgeois à sa propriété et même veut pouvoir l’augmenter. Il construit des certitudes sur tout… TOUT…

La TOTALITÉ des aspects de la vie doivent être sous le contrôle des lois et des qualités certaines qu’il a attribué. Si un événement, un objet, une action, une personne ne peut pas être expliqué ou comporte quelques mystères, alors cela n’existe pas.

Le socialiste est, de ce fait athée. Il y a trop de mystère, d’inattendu et d’incertitude dans l’acte de Foi. La Foi qui est abandon à la confiance et non pas croyance chiffrable. A la rigueur, il tolérera une religion avec des commandements, des lois à suivre sans déroger.

Le socialiste aime la QULTURE. La QULTURE suit des règles formelles. Elle n’est ni culte, ni religion, ni agriculture, ni politique, ni ensemble de question sans réponses. La QULTURE est sa croyance qui possède aussi ses grands prêtres nommés par elle et qu’elle appelle l’ARTISTE. Mais pas l’artiste, la personne, celle qui cherche, questionne, dialogue. Non ! L’ARTISTE individu qui fait de l’Art sans qu’il n’y ait rien de politique, de subversif ou de religieux et qui se vend sur le marché. Les Ben, les Souchon ou les César sont des ARTISTES bourgeois.
Le socialiste aime aussi un peu l’Artiste transgressif, car il veut se croire mieux que le bourgeois. Les Artistes sont choisis par les individus de l’ensemble des socialistes. Il n’y a point d’artiste en dehors de cela. Les artistes autres, les subversifs, les chercheurs, les populaires, les politiques doivent être chassé du bourg. Les personnes en générale doivent être chassé du BOURG, ce sont des mauvais, ils appartiennent au mal, des extrémistes ou de la populace populistes. Le socialiste n’aime pas le Gilet Jaune, il le hait, il voudrait qu’on lui tire dessus.

Le socialiste est un individu bourgeois qui culpabilise d’être un bourgeois et qui a peur que les personnes le juge comme finalement il se juge, mais comme le riche, il préfère rester dans son monde triste fait de certitudes. Alors pour oublier, il veut faire SA charité. Une charité qui se voit ; Il veut donner à des pauvres facilement visibles. Le racialisé, le non genré. Il va aider pour un jeune noir sans papier car il est jeune et écrit des poèmes sur sa mère perdue et ne remet pas en cause l’ordre du monde, en criant l’injustice de celui-ci. Il va mettre au pinacle un jeune homosexuel des milieux populaire si celui-ci dit du mal de ces milieux populaires. Les socialistes, par-dessus, tout aime le sociétale qui n’est en rien de la politique, juste de la coloration de superficie, rien de profond.

Que cette jeunesse, poétesse, lesbienne ou tout autre sociétalisé en prennent conscience et en dénonce l’injustice, la partialité, le néant et l’hypocrisie, alors le socialiste ou sociétaliste vite les abandonnera et les traitera d’ingrat et les rejettera dans leur pays, dans leur misère de leur condition sociale. Le seul ordre est celui voulu par le socialiste sociétaliste néolibérale.

Le socialiste est une dame patronnesse qui croit qu’il est pour la sorofraternité, mais il veut seulement lever sa culpabilité. Si sa propriété et ses certitudes sont menacées, alors il se lève et devient haineux. Il rêve alors d’un régime autoritaire et Totalitaire. Il rêve de LREM ou d’un EELV néolibérale. Le, socialisme porte en lui ces formes d’organisation effrayantes non politique, ni de droite ni de gauche ou pire, et de droite et de gauche.