Une vie De Maupassant !

Le féminisme est le seul humanisme possible après 4000 ans de domination patriarchale et 200 ans de domination bourgeoise qui a métastasé en néolibéralisme.

C’est quoi une vie ? C’est quoi une vie de Femme ? C’est quoi une vie de femme au XIXème siècle ? Et C’est quoi une vie de femme au XIXème siècle en Normandie ?

C’est un portrait dessinait avec des mots, un portrait réaliste, sans complaisance, d’une jeune fille Jeanne née dans ce qu’on appelait en ce temps une bonne famille. Elle voit la vie la transformer peu à peu. Fraîche jeune fille possédant une belle éducation, elle perd peu à peu pied et sombre dans la folie. La rédemption viendra.

Ne serait-ce pas la mère même de Maupassant, qui devint malade psychologiquement. La bourgeoisie patriarchale ne serait-elle capable de produire que de la folie comme fuite chez les jeunes filles et les femmes qui aspire à explorer leur liberté ?

Je ne sais plus quel âge j’avais quand j’ai lu ce roman : 20 ans ? 21 ans ? J’étais jeune homme, en Auvergne, dans les années 80, c’était l‘arrivé de L. Fabius aux Affaires ! C’était la grande bascule de la pensée Soro fraternelle des années 70, de gauche vers le néolibéralisme hyper-individualisme, le plus dur et le plus violent dans sa volonté de transformer l’humain. Le narcissisme arriverait un peu plus tard et la condition des femmes commencerait à se dégrader de nouveaux avec l’avancée des « bonnes intentions » sociétalistes, stratégie électoraliste d’un cynisme épouvantable et qui m’épouvante encore aujourd’hui.

Et voilà l’époque ou je lisais ce roman et pourtant, malgré les tares et tourments de Jeanne, de cette jeune femme, je me suis trouvé transporté, emporté comme une petite souris, près d’un cœur, du cœur de cette femme. Elle vivait une vie de désillusion et de dignité, une dignité qui donne envie en tant que lecteur d’être à la hauteur d’un tel personnage.

Une autre figure qui dérangeait le jeune chrétien de gauche que j’étais, c’est l’abbé Tolbiac. Il est l’incarnation de la religion de ce temps et longtemps encore qui écrase tout sur son passage, même l’humanité. Elle a longtemps oublié que la religion doit être au service de la personne humaine et de l’humanité.

Je découvrais Maupassant et je comprenais alors qu’écrire ne peut se concevoir que dans un engagement total de soi, ce n’est pas un divertissement, c’est de l’otium, un loisir au sens noble du terme.

L’artiste c’est celui qui plonge dans les eaux inconnues, et il n’est en aucune façon un « regardeur » comme aime à se décrire le bourgeois qui ne connait rien d’autre à la création qu’un acte de consommation divertissant.

Des extraits

On pleure parfois les illusions avec autant de tristesse que les morts.

et elle sentait entre elle et lui comme un voile, un obstacle, s’apercevant pour la première fois que deux personnes ne se pénètrent jamais jusqu’à l’âme, jusqu’au fond des pensées, qu’elles marchent côte à côte, enlacées parfois, mais non mêlées, et que l’être moral de chacun de nous reste éternellement seul par la vie.

La vie est une défaite, la vie, l’adolescence passée, est une chose qui ne peut que se défaire, qui, au mieux, s’arrange dans les derniers jours, lorsque l’on a renoncé à tout et que l’on n’attend plus rien.

Alors, elle remarqua le tic-tac de la pendule et un autre petit bruit, ou , plutôt, un bruissement presque imperceptible.
C’était la montre de petite mère qui continuait à marcher, oubliée dans la robe jetée sur une chaise au pied du lit. Et soudain un vague rapprochement entre cette morte et cette mécanique qui ne s’était pas arrêtée raviva la douleur au cœur de Jeanne.

Quand on n’est pas sur de donner assez, on donne trop.

Parole de Joseph

Joseph dit à Marie :
Tu es ma sœur et tu es mon frère.
Je suis ton frère et je suis ta sœur.

Quelqu’un le comprend-il ?

Joseph dit à Marie :
Je suis le père et je suis la mère de l’enfant,
Par le silence.
Tu es la mère et tu es le père de l’enfant,
Par l’invitation.
Il est toi, et il est LUI.

Quelqu’un le comprend-il ?

Joseph dit à Marie :
Nous étions liés.
Le lien s’est rompu avec l’enfant.
Une ange nous a reliés.
Nous avons gagné en Liberté et en Vérité.

Quelqu’un le comprend-il ?

Joseph au dernier jour dit à Marie :
Je t’aime.
Tu es la mère et le père de l’assemblée,
Dans la vie.
Je suis le père et la mère de l’assemblée,
Dans la mort.

Et quelqu’un l’a compris.

Oraison du 5 aout 2020

L’origine du monde et Les sentiments du prince Charles par Liv Strömquist

Comprendre Judith Bulter, comprendre ses interrogations, comprendre comment retrouver la source de son désir, sans que celui-ci soit conditionné par les normes et obligations de la société patriarcales, occidental, orientale, extrême orientale. Comprendre.


Mon dieu que Judith Bulter est difficile à comprendre.


Alors, il existe un porte d’entrée sur ces grandes question, c’est le texte illustré en bandes dessinées de Liv Strömquist. Par l’illustration, la parabole, l’humour permanent se glisse gentiment la petite question :

Où en suis-je de mes rapports avec mes sœurs-frères humains ?
Comment sortir de ces rapports de domination ?
Et pour y découvrir quoi ?

Voici des livres sains qui en posant les questions provoquent le travail intérieur et invite à l’Aventure. L’aventure des rapports entre nous.
Merci Liv !

Pas de réponses, juste des questions.