Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand

Pourquoi, ne le voit-elle pas, pourquoi ne l’entend-elle pas, pourquoi ne le ressent-elle pas ?
Pourquoi le lui cache-t-il qu’il l’aime, pourquoi donne-t-il au jeune homme cet amour qui venait vers lui ?

Et le jeune homme pourquoi ne se rend-il pas compte de l’usurpation ?

Voilà le socle d’une tragédie sentimentale absolue.

Voilà le génie de Rostand, cet explorateur de l’âme humaine qui met à nu l’amour et nous fait ressentir sa puissance Colossale.

Cette pièce (avec « sur la route de Madison » – le film de monsieur Clint) est une œuvre qui m’a tiré du cœur les larmes les plus profondes, et quand je repense à elle, ces larmes reviennent comme une eau purificatrice. Elle est inscrite, je l’ai vu plusieurs fois au théâtre et j’aime bien aussi la version cinéma avec monsieur Depardieu.