Cherche ton île

Seules les artistes
écrivaines poétesses et danseuses
peuvent offrir l’espoir du havre de paix

Le havre nous est indispensable,
Elles l’offrent
par leurs mots, par leurs gestes

Les créatrices regardent en face le néant
Et comme nos tricoteuses au crochet
Elles agrandissent le Cosmos créé
Par le fils léger de leur amour


Une créatrice du havre :
Anne Vassivière

A la fenêtre de Juliette, une cigarette fume un poète et cela n’étonne personne puisque nous sommes à La Louisiane, hôtel mythique et bien vivant de Saint-Germain-des Près.

Une île — Anne Vassivière

Screws at Berliner Festspiele

L’ombre
Les corps s’emboitent
A la présence
Des pavés de l’arène
Leurs regards tendres
Nourrissent nos corps
Ici et là un nœud de vie
Il se défait dans la danse
Il ne meurt pas par le glaive
Il se dénoue dans l’amour
Et que viennent les jours
Où ce ruban sans fin, plane
A la rencontre de l’univers
Deux corps
Un Cosmos
Vivre des noeuds ?
Gordien ou Mariale ?
Les danseurs et Marie, je choisis

Comme en écho : Pomme Estas Tonne

26 aout 2021 – deuxième

Comme un écho
Ces artisans donnant tout leur temps
A retravailler ces arts donnés à tous,
Mais sans cesse renouvelés sur leur métier.

Combien de guitaristes ?
Combien de voix chanteuses ?
Un Estas et une Pomme,
Renouvelle sans cesse nos désirs.
Comme ces danseuses contemporaines
Nous invitent au mouvement.

L’art est donné à tous,
L’artisanat c’est le temps que nous lui donnons.
Les voilà donc,
Mes artisans de ce matin,
Merci à toi Pomme,
Merci à toi Estas.