Voyage en Pomésie

Mon voyage en poésie, ma poésie, en Pomésie. Ce voyage a commencé en 1979, mais le rassemblement en codex a commencé en 2014, pour être publié en décembre de l’année. Et si les début furent plutôt haïku, le besoin d’espace au cours du temps c’est fait sentir, alors le vers non rythme, non rimé, bancale comme une création imparfaite cherchant son équilibre en permanence, voilà mon écriture du moment.

Cent et une impressions – 2014

Décembre 2014 : Poème qui veulent faire sentir l’instant : Certains hommes, sans visages, sortis tout droit de profondeurs infernales, nous meurtrissent par leurs actes affichés et relayés avec toute leur brutalité première. Ils nous conduisent à la haine. Une haine sans support qui finit toujours par trouver un nouvel objet innocent afin de s’y exprimer. Et difficile d’y échapper. Depuis quelques temps, je sens cette haine monter en moi. C’est une infection ! Quand la haine m’envahit, une issue est de tomber amoureux. Je suis amoureux ! Quand la haine m’envahis, je me rends au dojo, et dans la bienveillance la plus franche, je rencontre des personnes, des amis, avec lesquels je me confronte dans un bel acte : le ji-geiko (rencontre de combattant dans les arts martiaux du sabre japonnais.

Espoir des Anges – 2017

Décembre 2017 – Gita : Comment puis-je discerner ce qui va se transformer en plomb dans le Nouveau et ce que je peux emporter ? Plus haute est la montagne, moins celui qui porte la charge pourra emporter. Il emportera encore moins que celui qui marche dans l’eau. Que peut-il être emporté quand il n’y a même pas d’eau ? La Vie elle-même, emporte la Vie elle-même et rien d’autre. … Premier jour J’entrouvre la porte Derrière l’hiver visible et froid J’aperçois un printemps Celui réchauffé par les anges De nos fils et de nos filles

Recommençant – 2019

Décembre 2019 – Retiens cela ma bien-aimée : Ne complète jamais, ne conseille jamais Ne mâche pas à l’avance la nourriture ! Toi, donne autrement Et tout se renouvèlera entre tes mains. Autour de celui qui sait s’émerveiller, éclosent les merveilles. Je, Recommençant Une progression de compagnons Apprendre, Donner, Demander, Apprendre Et recommencer chaque cycle comme une spirale !

IEL, Dieu

A venir en décembre 2021

Depuis ce matin -2015

Décembre 2015 : Chronographe Je suis 21 ans J’aime celle qui m’a abordé En cette journée grise de pâques Explosai les 1000 couleurs de nos enfants. Je suis 54 ans Je regarde la lumière blanche Plus riche que les mémoires bleus

Pi Décembre – 2016

Décembre 2016 – Pourquoi π ? Ce matin une chronique sur France culture en appelait à conserver la complexité du nombre pi. Elle invitait de résister à la vague de simplification du monde, celle qui voudrait le réduire à l’opposition entre une élite et un peuple. Ce nombre Pi m’est apparu approprié pour parler du recueil des poèmes qui court du 1er décembre 2015 au 1er décembre 2016. Π décembre pour crier à re-con-naitre notre complexité.

Cinquante-six ans – 2018

Décembre 2018 – 56 ans Une progression de compagnons Apprendre, Donner, Demander, Apprendre et recommencer chaque cycle comme une spirale ! DIALOGUE AVEC L’ANGE Notre enseignement est mystère. Il vous est transmis pour que vous soyez autorisé vous-même à le transmettre. IL VOUS EST TRANSMIS POUR QU’IL SOIT HABILLÉ DE MOTS TERRESTRES. La terre n’est pas sel, ni herbe, ni cheval, ni même ce qui pense. La terre est ce qui habille la matière de Lumière, ce qui transforme la matière, ce qui protège et enveloppe la Lumière.

Chants aux crépuscules – 2020

Décembre 2020 – Parce que les chants de Maldoror ont marqué le début de la mort de Dieu ! J’en chante sa renaissance ! Est-ce les chants ? Est-ce la danse ? Est-ce la musique ? Est-ce les mots ? Est-ce la vie qui en ces temps cherche sa lumière ? Seulement, j’en suis là. Et les larmes sont venues. Merci à Dieu. Merci à celles dont les yeux l’ont reflété. Merci à ceux qui était en marche sur ce sentier. Il est bien des matins et il est bien des jours où je me suis senti perdu. Où je me suis senti pendu. Et alors les voix venues d’elles, les voix venues et d’eux, m’ont fait retrouver le chemin. Et je chemine encore, Je chemine là où vous étiez. Je chemine vers où vous allez ! Vers cet horizon à venir, Vers cet horizon inattendu. La voie a pour nom Agape Elle a pour prénom, je t’aime.