Danse au mur et peinture écrite

Danse sur un mur verticale à la peinture d’une écrivaine aussi peintresse.
Nous sommes bien au temps des transversalités
Dans le temps des « à venir »
Ou chaque pas n’est éclairé qu’à l’instant du pas

Élèves Danseurs de PARTS à Bruxelles
Explorent le mur et la verticalité


Écrivaine Peintresse, par les mots
Explore la transversalité de l’amitié

Aux amoureux de la ponctuation Anne Vassivière

(c) 2021 Anne Vassivière

Être au temps des transversalités
Les vivre chaque jour
En instant hors du temps
Éternité
Et sortir du Bourg
Le bourg qui nous a enfermé dans ses certitudes !
S’éloigner des immortaliés
Des futur calculé par Big Data
Appelé l’improbable
Le miracle
Danser sur un mur
Parler d’amitié en peinture et mots

A la fille de l’automne

À l’heure des adieux
Je sus la fragilité
Du lien amoureux
Lorsque ma main sur sa manche
N’eut raison d’un coup de vent

Akiko Yosano / poétesse japonaise (1878-1942)


Ce lien d’amour n’était que celui du corps,
Il lui avait fait rêver d’une autre porte.
Elle avait souhaité que fleurisse l’éternel
Le lien de l’esprit n’avait pas pris racine.

Poétesse je pleure sur nos faiblesses
Mais tu savais ta lumière
D’humaine.
« Un homme est un humain qui ne peut porter d’enfant »

Les Enfants de Hùrin de Christopher Tolkien repris du Père

Un grande tragédie Grecque comme seul savait en écrire Eschyle ou peut-être Sappho dont les œuvres furent brulées. Tolkien est certainement le plus méditerranéen des auteurs anglo-saxons.
Les enfants de Hùrin est un conte effrayant, effroyable, merveilleux. Finalement, il suscite la crainte comme quelque chose qui nous dépasse et en même temps nous émerveille. La crainte n’est ni la peur ni la frayeur !
Le roman participe de la profondeur de ce premier monde encore en création, plat, où l’Éden, le monde matériel et l’Enfer s’assemble dans le même plan et dans une même continuité indissoluble et indissociable.
C’est bien la fin du seigneur des anneaux, la destruction de Sauron et l’oubli de Morgoth qui les séparera. Alors l’univers deviendra sphérique et purement humain.

Nous sommes plongés dans l’histoire quand le bien et le mal se mêlent de manière complexe en un gris qui intègre toutes les couleurs de l’arc en ciel, du plus lumineux au plus ténébreux. Retour au cœur de ce que vivent les elfes, les nains, les humains, les orcs et Morgoth, à travers une histoire qui m’a évoqué par moment « Old Boy » le film de Park Chan-Wook en 2004.

Comme toutes les tragédies ce qui est présenté c’est la grandeur éternelle des êtres mortel !
le fils de Tolkien restitue avec maestria l’ambiance précipité dans les cornues et l’Athanor du père !

Pour les inconditionnels de Tolkien !

Un homme qui fuit sa peur peut bien découvrir qu’il n’a fait qu’emprunter un raccourci pour la retrouver.

Les enfants de Hùrin

« Belle comme une enfant elfe est Lalaith », dit Húrin à Morwen. « Mais plus éphémère, hélas ! Et peut-être plus belle et plus chérie encore ! »

Les enfants de Hùrin

Peut-être ne vaut-il mieux pas dire ce que l’on souhaite si l’on ne peut pas l’obtenir.

Les enfants de Hùrin