Miserere par Jean-Christophe Grangé

Une citation, une seule au final

Pourquoi tant de haine ? Kasdan obtint des réponses au fil des pages. Aux yeux des gouvernants américains, Salvador Allende avait deux torts. Un tort idéologique: il était socialiste. Un tort économique: il projetait de nationaliser les exploitations minières de cuivre, principale ressource du pays, appartenant pour plupart à des compagnies américaines. L’Oncle Sam n’aime pas qu’on lui reprenne ce qu’il a volé. L’histoire des Etats-Unis n’est qu’un hold-up à main armée.

Et mon expérience de lecture

Ce livre, ce roman, était posé en bas de mon immeuble en « servez-vous ». C’était le seul livre en français du tas. Habituellement, je ne me sers pas. J’aime acheter les livres que je lis dans ma petite librairie de quartier. Mais, là, je connaissais Grangé pour les rivières pourpres, le vol des cigognes et autre concile de pierre, alors mes mains se sont élancées et se sont servies.

Le thriller (ancien roman à sensation) n’est plus un genre, un style, une forme, que je prise, ou que je sniffe. Ma préférence va au roman noir sans suspense, sans surprise, au roman noir où les actes des personnages sont justes les conséquences de leurs choix malheureux et qui entraine d’autre conséquences (Ellroy par exemple).

Dans ce thriller, on est juste sur des « pures » flic-non-flic, maltraités par la vie qui recherche la « Vérité », caché derrière une réalité terrible qui n’est pas de leur fait ni de leur faute. Et les méchants sont vraiment méchants. Pourquoi ? Parce que !

Grangé n’a pas créé des personnages pour lesquels j’ai éprouvé de l’empathie ou de l’admiration. Et l’enquête mené avec ses fausses pistes attendu et ses révélation tout autant attendu m’ont ennuyé. La fameuse phrase que je déteste tant a été écrite, « on n’est pas dans un roman ». J’ai eu une lecture sans passion et sans émotions.

Toutefois, je reste quand même émerveillé par le mystère de l’écriture, de l’acte d’écrire. Du papier, des mots et une autrice, un auteur qui sert de médium talentueux pour accoucher d’une histoire. Je n’attaquerais jamais Grangé en Dignité ! Il a fait le travail.

Deux hommes de bien par Arturo Pérez-Reverte

Quelques phrases en chemin

…avec pour principal instrument de sape révolutionnaire les doctrines des philosophes et leur culte acharné de la raison qui empoisonne l’ordre naturel et insulte le divin : le cynique Voltaire, l’hypocrite Rousseau, tergiversateur Montesquieu, les impies Diderot et D’Alambert, et tant d’autres dont l’infâme pensée a forgé cette Enciclopedia…

– L’orgueil, don Hermès, quand un peu d’intelligence l’assaisonne, peut être une vertu aussi utile qu’une autre.

En réalité, ajouta-t-il peu après, ce sont les Bringas et leur rancune sociale qui ont précipité la Révolution en France. Les Lumières auraient pu rester une affaire de salons, d’entretiens entre aristocrates, de cafés élégants fréquentés par les théoriciens de la philosophie nouvelle. C’est le désespoir des pauvres diables aigris qui, en retentissant dans les couches sociales les plus basses, a fini par enflammer le peuple. En fait, plus que tous les encyclopédistes réunis ce sont les fanatiques rancuniers comme notre abbé fou de frustration et de haine qui ont jeté les gens dans la rue.

— Eh bien… Elle a eu de la chance.

Chantal fait une grimace de doute et regarde de nouveau ses mains couvertes de taches de son.

— ça dépend de comment on voit les choses, dit-elle au bout d’un moment. Pauvre et malade, Margarite Dancenis s’est suicidée trois ans plus tard en avalant cinquante grains d’opium dans un la place Maubert. Elle s’est éteinte – comme tout ce monde brillant naguère élevé si haut et alors immigré, dispersé ou disparu dans les brouillards de Londres, sur les rives du Rhin, ou sous la lame de la guillotine – dans le regret, je suppose, des jours passés rue Saint-Honoré, où philosophes et littérateurs, mêlés aux perruquiers et aux libertins, discutaient la régénération du monde une coupe de champagne à la main, adossés au manteau d’une cheminée.

— Ne croyez-vous pas que n’importe quel être humain peut être éduqué à la manière douce? En définitive, la culture est source de bonheur, puisqu’elle développe la Lucidité du peuple.
— Je ne crois pas. Du moins dans la première phase. Parce que la populace n’est pas faite pour penser.
Le rire serein, doux et aimable de l’Amiral se fait entendre.
— Je vois que vous baissez un peu la garde, monsieur l’abbé. Vous vous contredisez. Ce propos sur la populace, c’est Voltaire qui l’a tenu, et vous ne le tenez pas en haute estime.
— Sur certains chapitres, cet opportuniste attaché au luxe et aux rois a vu juste, répond Bringas prestement. En fait, l’être humain, cet infortuné accoutumé aux grossiers, n’est éduqué que par la raison et la peur…

Je ne suis pas le seul a ne pas apprécier Voltaire, finalement !

Et alors ce roman ?

« Deux hommes de bien » est un aller-retour de Madrid à Paris, ou deux hommes vont se rencontrer et nous offrir leur propre rencontre, deux hommes accompagnés par une ombre en souffrance.

L’auteur nous invite à cette promenade dans une époque, une autre belle époque, une « avant la révolution française » , comme un « 1912 » avant sa grande tuerie de « 14-18 » . Les personnes humaines croisées sont touchantes, attachantes, et éloignées de toutes caricatures.
En commençant la lecture, je croyais que j’aurais des réticences par rapport aux commentaires de l’auteur. Mais ce n’est pas comme ces auteurs insupportables et narcissiques des années 90-2000, c’est juste un auteur qui parcourt lui-même sa propre création et ses propres difficultés pour nous rendre cette époque au plus juste.
Très très beau roman d’Arturo Pérez-Reverte !

Durant les 10 jours de lectures, je me suis promené aussi dans notre automne nouvelle, notre automne de 2019. Une automne si différentes des 57 autres que j’ai connu, une automne qui m’évoque que quelque chose d’inattendu est en train de surgir dans l’horizon. En écho avec ce roman.

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier par Patrick Modiano

J’ai abandonné !

Je n’ai pas pu aller plus loin que la page 93 (hommage à Hugo, quand j’abandonne c’est toujours à la page 93, un peu par jeu) ! C’est la sixième fois en 40 ans que je ne vais pas au bout d’un roman ! (Aller j’avoue, j’ai lu le dernier chapitre pour voir comment l’histoire se terminait : alors, aucun regret !)

Comparer Modiano à Proust, comme je l’ai lu de quelques critiques, est une escroquerie !

Proust, qui d’une vie mondaine, aisé, de dandy et scandé par ses faiblesses, ses fragilités maladives et son vide existentiel, produit un joyaux du souvenir, une mémoire, par la langue trouvant sa source dans le cœur. Et finalement sa vie n’a pas été vaine, puisque « ces choses » valent la peine d’être remémorées.

Et ici,

Chez Modiano ?

Rien !

Aucun souvenir qui ne vaille la peine du travail de mémoire, aucune histoire, rien n’est vécu, ou alors le rien est vécu !

« Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier » est une sorte de concept mental et Modiano aime à donner des adresses, un plan de quartier, n’ayant pas la poésie des cartes d’antan. C’est une production purement mental, et qui donne à croire que de ne pas mettre un verbe dans une phrase, ça fait style !

J’ai un sentiment d’escroquerie.

Je ne sais pas pourquoi, cela m’a remémoré ces articles de presse parlant de la CIA qui favoriser dans les années 60 et 70 les artistes non figuratif ou conceptuel, comme Rothko que j’adore et Ben que j’abhorre. Pourquoi ai-je pensé à ce rôle de la CIA avant la page 93 ?

Modiano semble dire : « si vous avez compris ce que j’ai dit c’est que je me suis mal exprimé » (bon c’est d’Alan Greenspan un ancien président de la FED).

Le lecteur peut toujours y apporter son enthousiasme égocentré et croire lire quelque chose qu’il pense être du pure génie, et penser aussi qu’il est seul à comprendre combien c’est génial et alors prendre plaisir de lui-même, il obtient alors son égoportrait psychique !

Ils sont comme ces spectateurs hystérique au théâtres qui, à la fin de certaines très mauvaises pièces, se lèvent et acclament, et acclament encore, toute dignité perdus. Ils s’acclament eux-mêmes, et ils montrent à ceux qui les entourent, qu’eux, personnellement, ils ont compris la pièce, la mise en scène, le jeu des acteurs, et ils démontrent à tous l’existence de ce quelque chose qui ne peut êtres accessible aux communs des mortels, aux vulgaires, et ils s’acclament encore et nous montrent ainsi, à nous gens de peux de prix, combien ils sont géniaux en eux-mêmes, il force un égoportrait qui est bien de notre temps ! Et puis, à la fin quand, ayant pris son courage à deux mains, on interroge ces spectateurs enthousiastes sur ce qu’ils ont vu, pour comprendre à notre tour, ils balancent un salmigondis de mots, des pseudo concepts issues d’une langue de bois vermoulu ! Ils ne peuvent peut-être pas s’avouer qu’ils étaient face à leur propre néant !

Comment est-ce possible ?

Révolte par Clara Dupont-Monod

Quelques belles citations

Mon époque ménage les mots. elle les respecte trop pour en abreuver les foules, les utiliser à tort et à travers. Viendra bien un jour où l’on parlera tellement qu’on ne dira plus rien.

Le Plantagenêt l’avait violée. Voilà pourquoi Richard refusait de l’épouser.
Je n’ai pas été surprise. ainsi sont ceux qui pensent qu’un désir est un droit.

Mes textes à moi sont assez hors la loi pour ne pas vouloir imposer la leur.

J’appelle à la guerre contre les enfants gâtés, les tyrans assez bêtes pour contempler le ciel comme on regarde un miroir.

Personne ne connait si bien un lieu qu’un intrus. Le natif, lui, ne mesure pas sa chance. Il se comporte en propriétaire. Il se plaint. Tout lui parait être un droit, et non une chance.

La folie ne nait jamais d’un texte, mais de celui qui le lit. Or Saladin et ses hommes savent lire. que se passera-t-il avec les autres ?

L’expérience vécu à lire

à Venir
Et à venue

Finalement, c’est un exercice très particulier que d’écrire sur un livre qu’on vient de terminer. Beaucoup de chose que l’on ressent à la lecture du livre dépends de ce que l’on vie dans le même temps de la lecture. Vacances, Attente du résultat d’un examen, attente du résultat d’un examen médicale, brouille avec son conjoint, ses enfants, dégouts politique, écœurement autour d’un événement. Tout cela influe la lecture et ce que l’on va en dire.

Et quand on écrit sur cette expérience, que souhaite t’on exprimer ? Donner une envie à d’autre de lire ce même livre, sachant qu’ils ne vivront pas la même expérience, dégouter les autre de le lire, car cela a été pour soi un sentiment de perte de temps ?

En tout cas à la sortie de « La révolte » je me pose ces questions. Si vous me lisez vous saurez que le cycle de Dune de Franck Herbert est un indépassable pour moi, un livre univers et plus encore, un livre inspiré, il parle de l’humanité, il parle de la personne humaine, il parle des relations, il parle du pouvoir, il parle de l’amour, de la responsabilité, dêtre homme ou femme en plus d’être humain.

Alors pourquoi cette envie de parler du cycle de Dune après avoir lu « La révolte » de Clara Dupont-Monod. Et bine peut-être qu’à travers Aliénor d’Aquitaine, Richard Cœur de Lion, les Rois de France, le Plantagenet, La Fratrie, les épouse, les promises, les concubines, je retrouve une forme de magie, en plus condensé, en plus historique de ce qui m’avait percuté dans Dune.

J’ai aimé lire ce roman, quand j’attendais des résultats d’analyse médicale, quand mes enfants entré dans un nouveau cycle de création, ainsi que mon épouse, quand je demandais : « Et maintenant ? ».
Alors je vous invite à parcourir ce 12ème siècle diablement et divinement humain !

Soif par Amélie Nothomb

Des aphorismes

L’énigme du mal n’est rien comparée à celle de la médiocrité. Pendant leur témoignage, je sentais leur plaisir. Ils jouissaient de se conduire comme des misérables devant moi.

J »ai la conviction infalsifiable d’être le plus incarné des humains. Quand je m’allonge pour dormir, ce simple abandon me procure un plaisir si grand que je dois m’empêcher de Gémir.

S’il avait déboulé dans la rue par hasard et s’il m’avait vu tituber sous la croix, il aurait eu, je pense, la même réaction, il aurait couru me secourir. Il y a des gens comme ça. Ils ignorent leur propre rareté. Si on demandait à Simon de Cyrène pourquoi il se conduit de cette manière, il ne comprendrait pas la question : il ne sait pas qu’on peut agir autrement.

Cette comédie atroce n’était-elle donc que l’œuvre du diable ?
Oh, j’en ai assez de celui-là. dès que ça foire, on l’invoque. C’est facile. Là où je suis, je m’autorise tous les blasphèmes : je ne crois pas au diable. Croire en lui, c’est inutile. Il y a bien assez de mal sur terre sans en rajouter une couche.

Maman, quel privilège d’être ton fils ! Une mère qui a le talent de faire sentir à son enfant combien elle l’aime, c’est la grâce absolue. Je reçois cette ivresse qui est moins universelle qu’on le pense. Je suis pâmé de plaisir.

Cela n’empêche et n’empêchera pas une importante proportion des gens d’affirmer qu’il n’y a rien après la mort. C’est une conviction qui ne me choque pas, si ce n’est par son aspect péremptoire et surtout par l’intelligence supérieure dont se targuent ses tenants. comment s’en étonner ? Se sentir plus intelligent qu’autrui est toujours le signe d’une déficience.

Expérience de lecture

Madame la baronne Amélie Nothomb est une autrice, une écrivaine qui par 27 fois a affrontée les affres de la solitude pour écrire 27 romans depuis 1992. Il n’est aps possible de contester ce travail et ce que cela engendre. J’ai lu un certain nombre de ses romans et bine souvent avec un réel plaisir, un coin des lèvre prêt au sourire. Le plaisir de lire était presque physique.
Solitude et plaisir physique sont exposé aussi dans Soif !

J’aime les Loukoums, mais les Loukoums ne me surprennent plus. J’ai un réel plaisir à manger un Loukoum, mais je n’en ai plus le désir, parce que cela ne surprend plus, et que je ne me dis pas que je vais vivre une nouvelle expérience. Je désir encore le Saint Nectaire Fermier, parce que quelquefois il me déçoit et parfois il me ravie. J’ai encore envie de vivre l’expérience du Saint Nectaire Fermier.

Et bien, il fut un moment ou les romans d’Amélie Nothomb me firent l’effet Loukoum. Si je le lisais, j’éprouvais ce plaisir attendu, mais plus de désir.

Et puis mon épouse entend parler de Soif sur France Culture. En cette rentrée littéraire on entend beaucoup parlé de Soif et d’Amélie Nothomb dans les média qui font l’opinion. Comme chaque année ces média ne présenteront que 20 romans sur les 350 qui sortent. Et se seront encore des romans exposant les problèmes LGBT, la Shoah, le nazisme et avec un peu de chance un problème sociale comme égalité homme-femme, le meurtre des femmes, le réchauffement climatique et la nature ou les inégalités qui s’accentuent. Aucun roman offrant des portes de sorties, imaginant une nouvelle voix, apportant des possibilités nouvelles de vivre. OK c’est comme ça.

Bref, voici Soif, un roman ou le Christ s’exprime à la première personne du singulier : « JE ».

D’accord, je suis surpris, un désir né. Je descends chez mon libraire de quartier et je l’achète.

J’ai éprouvé un réel plaisir physique à le lire. Il y a de vrai beau passage. Simon de Cyrène et Véronique sur le chemin de croix sont magiques et véritablement inspiré. La mère de Jésus, Marie est une très belle figure et elle garde son aura sacrée. Mais…

…Mais, Madeleine… Madeleine ??? La relation de J2sus et « Madeleine » est d’une trivialité confondante, j’ai presque eu l’impression de lire du Barbara Cartland (RIP Madame). Et là j’ai retrouvé le ton détaché et désinvolte de madame la Baronne. Je perdais la profondeur du sujet. J’ai aussi parfois pensé à l’aventure de Madame Muir (le film de Mankiewicz). Non cela n’allait pas.

Réduire l’amour a ses sensations physiques est très réducteur, Mais cela reste dans l’aire du temps ou amour = Sexe = Plaisir ! Les grecs anciens avaient trois mots pour désigner l’amour : Éros, Philia, Agape. A perdre la vision ternaire on perd beaucoup. J’espérais qu’elle la réintroduisait, que son sujet serait aussi Corps, Âme (Psyché), Esprit.

Bon aller, je finis par quelques points positif, Juda est vraiment bien, ainsi que l’évocation de Pierre et Jean.

Bon, il y a un point théologique avec lequel je suis en désaccord avec Amélie Nothomb, c’est le passage concernant le diable. Le diable existe, il n’est pas le Mal, il est l’Alternative. Il ne peut y avoir de liberté s’il n’y a pas d’alternative. Le diable est celui qui nous susurre à l’oreille l’alternative possible, mais c’est nous qui faisons le choix.

La Recomposition des mondes par Alessandro Pignocchi

Je vis à Paris, quartier Belleville. Un quartier qui glisse petit à petit vers l’épidémie « Bobo » et certainement à cause de personne comme moi. Je suis informaticien, je suis catholique de foi et par le cœur et profondément de gauche, une gauche non marxiste, trop teinté pour moi de certitude sur l’absolu sens de l’histoire. Non un gauche qui serait peut-être celle de Proudhon. Ma vie professionnel à commencé avant l’informatique dans une société de transport urbain et interurbain en SCOP (Société coopérative ouvrière de production). Et ensuite j’ai repris des étude sen informatique. Je me suis toujours méfié de la logique, c’est mon paradoxe. Ma vie s’inscrit dans ce monde consumériste et capitaliste obsédé par le dieu Argent. Un monde ou nous avons perdu le contact avec le cœur, privilégiant toujours la Raison, le cerveau ! Avec la logique et avec la raison, on peut aussi nous faire commettre les actes les plus irrationnels qu’il soit. Et comme chacun est seul, chacun se dit, oui mais les autre ne font rien. On se laisse alors pénétrer de désespoir par paresse spirituel (le 7ème péché capital) ! Et on pourra toujours se dire, il n’y avait rien à faire de toute façon.

J’ai entendu parler depuis le début de notre Dame Des Landes, j’ai même eu l’honneur par ma fille de 20 ans de rencontré un jeune homme, y vivant. J’ai ressenti dans mon cœur de 57 ans, un bouffé d’espoir en ces gens. Et puis tout les média ont contribuer à éteindre cet espoir pour me renvoyer à ma paresse spirituelle.

Et puis mon médecin (étiomedecine), me parle de cette BD qu’il vient de lire. Je fonce chez mon libraire de quartier et lui prend son dernier volume.

Je l’ai lu

Et j’ai revu en face ma paresse.

Il y a des gens qui se battent avec force et générosité pour créer un nouveau mythe fondateur dans lequel le vivant de la terre pourrait rapprendre l’harmonie. Ils tentent la mise en pratique de « Laudato Si », sortir de l’idée de propriété privé pour se penser comme des vivants qui au mieux seront intendant ! Un ethnologue nous les présente ! Alors merci à lui et grâce soit rendu à ces gens qui inventent.

Berserk 22 à 27 Chroniques des Guerres Saintes

Les planches choisies

Berserk tome 22

Belle présentation de Dame Farnèse. Mais la critique globale sera sur le tome 27 pour la chroniques des guerres saintes.
Le dessin a changé, on sent un dessin dès ce tome plus intérieur.

berserk tome 23

Ce tome amorce un étrange climat. La Quête de Guts, de Farnèse, prend une plus grande profondeur. J’ai eu envie de ralentir ma lecture, de rester plus longtemps sur les images.

berserk tome 24

zoom tome 24

Ce tome s’appuie sur un approfondissement de ce qu’est l’univers et sa dimension élémentaire. il est moins violent que les précédent et plus explicatif.
Mais ce n’est qu’une parenthèse.

Berserk tome 25

J’avance dans cette chroniques des guerres saintes. Voici un tome de combat contre les élémentaire du coté du monde. Des combats ou les humains sont ce qu’il sont ! Ils commettent des erreurs mais peuvent aussi se montrer sublime !
Aller on passe au tome suivant !

Le combat contre les élémentaire dans le monde Réel

Critique

Et patatras !

C’est ici que j’arrête la série Berserk pour l’instant. Ce tome fut pour moi laborieux et ennuyeux. Je ne suis pas parvenu à me laisser convaincre par les élémentaires et la petite sorcière, et j’avais l’impression de relire en moins biens les premiers tome.

Je ne lis plus de BD depuis longtemps et encore moins du Manga. C’était le premier retour à la BD et mon premier Manga réellement. Mais là je tombe. Plus certainement de mon fait que celui de l’auteur.

Ceci dit quand la série sera réellement finis peut-être que je la reprendrais avec un regard neuf !

Dune 6 La Maison des mères par F Herbert

Les citations

« Vous les avez irritées » avait dit Murbella. « Et une fois irritées, elles ne se calmeront que lorsqu’elles vous auront anéanties.

Sus aux étrangers !

C’était une réaction singulièrement primaire. Une faiblesse, si vous l’exploiter, se disait Odrade.

La xénophobie poussée à son plus extrême ridicule ?

– C’est parfaitement exact. Nous occupons certaines planètes depuis plus longtemps que quinconce à notre connaissance, mais nous savons très bine que nous ne sommes que les intendantes.

– Si la planète du Chapitre ne vous appartient pas, à qui appartient-elle ?

– Peut-être à personne. La question que je pose, c’est : de quelle manière se sont-elles mutuellement marquées, cette planète et la communauté de mes sœurs ?

Il fait corps avec sa machine, se disait-elle. C’était typique de la manière dont le genre humain s’adaptait à ce qu’il faisait. Lucille sentait là une source de faiblesse. si l’on s’adaptait trop étroitement à une activité, on risquait de voir s’atrophier ses autres capacités.
Nous devenons ce que nous faisons.

– A mes réactions viscérales. Ce sont elles que je cherche à déchiffrer, et pas la personne que j’ai devant moi. Je sais quand quelqu’un me ment parce que j’ai envie de lui tourner le dos.

– C’est donc ça ton secret ! En lui tambourinant l’épaule que le drap découvrait.

– « D’autres procèdent différentes. J’ai connu une fille, elle disait qu’elle reconnaissait un menteur à ce qu’elle avait envie de le prendre par le bras et de faire un bout de chemin avec lui pour le consoler.

J’ai posé des questions différentes. Des choses qui se produisent ensemble peuvent être liées par des relations souterraines. Que sont les causes et les effets face à la simultanéité ?

Les créatures furent remplacées par des disrupteurs
Des armes capables d’obnubiler l’Activité mentale et de troubler les processus vitaux.
Disrupteurs ? Je n’avais jamais entendu ce mot avant
Les disrupteurs laissèrent à leur tour la place à des chercheurs G-zéro » conçus pour se lancer à la pour suite de cibles spécifiques.
Ceux-là, je les connais.

Murbella ressentait cela comme un fardeau. Le paiement fait par le Tyran pesait sur ses épaules
– Je ne lui ai pas demandé de se sacrifier pour moi.
Odrade ne pouvait laisser passer cela.
– Il l’a fait quand même.
– Navrée, Dar. C’est vrai qu’il a payé. Et maintenant c’est à moi de payer à mon tour.
– Ainsi, vous êtes finalement devenue une vraie Révérende Mère!

Et je referme le livre

Et je ferme le cycle de Dune pour la 12ème fois depuis 1980.

Comment être à la hauteur pour en discourir. Une œuvre imprégné d’une spiritualité si sincère, si profonde, si discrète et si humble. Une spiritualité si douce qu’elle marche avec ses chausson sur la pointe des pieds, parce qu’elle ne veut pas encombrer, ni déranger, ni Dieu, ni les dieux et déesses. Et ces femmes sont des déesses.

Par contre Herbert ne se gène pas pour nous bousculer dans nos certitudes en matière politique. Il nous fait prendre conscience de ce qu’est l’amour profond, l’amour de ce qui aime et sont près à tout donner pour des descendants qui n’existe pas encore. Un amour Divin.

Un cycle a coté duquel, il ne faut pas passer, même et surtout aujourd’hui en ces temps trouble, en ces temps intéressant comme le dirais ce cher Miles Teg et cet adorable Duncan Idaho. Mais mon amour le plus profond va à Odrade qui a tout donné.

La chute de Gondolin par J.R.R. Tolkien

On peut se poser la question : Pourquoi continuer d’écrire des romans d’après les notes du père ? Pourquoi poursuivre dans la cornue cette alchimie ? Pourquoi le fils de 93 ans continue de mettre en livre les mots du père, et même aider par le petit fils ?

Pourquoi ?

L’univers de Tolkien est une expérience humaine sur 100 ans, c’est la genèse et le développement d’une mythologie unique, cohérente, aboutit, ouvrant des horizons inattendue et nouveaux. Les mythologies de cette richesse prirent plusieurs milliers d’années dans notre histoire humaines, incas, grecque, hindoux, sioux, peules, chrétienne, juive, et là elle est condensée sur trois générations.

La création de cette mythologie offre la possibilité in vivo la création de toutes le mythologie avec leur profondeur spirituelle.

Vivre ne consiste pas à enfermer sa vie entre travailler pour un salaire, sésame pour une consommation effréné d’objet auto destructible et autodestructeur, sésame pour un barbecue arrosé de rosé et agrémenté de quelque divertissement nous permettant d’oublier le sens de nos vies.

La personne humaine, les groupes humains, l’espèce humaine, peuvent aspirer à quelque chose d’autre. A quelque chose de donné, et d’offert par les mythes et les religions, un sens à nos vies.

Les Tolkien nous montrent comment se construisent les grand mythe, sachons en savourer l’offrande. Gondolin n’a jamais été aussi présente qu’à le lecture de cet opus, la tragédie d’Eldond, jamais aussi vraie.

Nous sommes en un temps ou un nouvel imaginaire, une nouvelle mythologie est indispensable à nos vies pour sortir de la connerie cauchemardesque du capitalisme de consommation cyberpunk et Transhumaniste. Les Tolkien ont quelque chose à nous dire.