Le Livre de la Pauvreté et de la Mort de Rainer Maria Rilke (Lo Schuh)

En lecture Volante quelque part au pays des volcans ❤

Anne Vassivière : « Texte parfait, lecteur parfait, lieu parfait… »

Que dire de plus ?
« … Mais le temps des riches est passé… »

Lo Schuh restitue ce texte qui bouleverse et me semble tellement nécessaire et présent en nos temps ou tout semble perdu. Perdu, la porte de l’esprit, perdu la lune de notre psyché, pensées et sentiments, conscience et inconscience, ne reste plus qu’un corps animal, presque robotique animé par un unique algorithme de la pensée totalitaire néolibéraliste !
Temps on ne reste qu’une seule injonction hurlante  » ALLEZ vous faire vacciner ! »
Sauf la police évidement, qui doit rester en forme jusqu’au bout, car doit être présente jusqu’à la fin ou tout s’achèvera dans une extinction de l’humanité !
Et j’entends tout a coup Rainer Maria Rilke, alors l’espoir renait !
Je ne perd pas ma Confiance en IEL, je m’y entraine !

L’Autre

Oraison 12 Aout 2017

Allongé nu sur les draps
Appuyé sur les coudes
Regarde vers du chevet de la couche
Le mur noir

Elle apparait
Nue sous sa longue chemise blanche
Venant du mur, et de l’abside du lit
Souriante

Est-ce pour le feu d’Éros
Et ses sexes mélangés ?
Est-ce pour le bonheur de Philia,
Et son lien de soie léger ?
Est-ce pour la joie d’Agape,
Et sa porte vers l’infini ?

Couplets manquants ?
Cantique des cantiques
De l’amant à l’amante
Seule façon d’aimer IEL
Aimer l’autre.
Aimer comme désiré.

Éros éteint ?
Sans Philia s’allume souffrance et mort
Philia coupé ?
Sans Agape pèsent les chaines d’esclave
Agape seul, brille hors du temps.

Transparence par Marc Dugain

Note : 3 sur 10.

Pour un roman s’appelant Transparence me voilà bien dans une histoire opaque.

Attention « divulgâchage » en perspective !

Pour commencer j’ai toujours beaucoup aimé Marc Dugain, la personne, le romancier, ses romans jusqu’à l’homme nu ».
Mais pour ce roman, je fus très désappointé, pour ne pas dire déçu, en fait je n’ai pas à être déçu, Marc Dugain ne m’avais rien promis et il est une personne humaine qui fait son chemin et possède ses propres angles de vue respectables. Et, en cela, il a tout mon respect. Donc je vais surtout parler du Roman et pas de l’auteur.

Cela commence comme un polar, mais cela est bien vite abandonner pour entrer en fait dans un grand moment ou rien n’est dit et où plane des secrets (et pas des mystères, le mystère est une expérience à vivre et pas des événements à révéler). Et puis voici qu’on découvre une réussite totale d’un projet titanesque, un projet digne des dirigeants de Google.

Une sorte de conclusion s’impose à ce moment, les grands puissants de ce monde qui ont créé la surveillance généralisée prendrons conscience du danger et nous sauverons, donc vous peuple : attendez, nul besoin d’entrer dans une lutte sociale. C’est très bourgeois comme pensée, la fameuse escroquerie du Win-Win, sans aucun regard sur les divergences d’intérêts et la nécessité du conflit (pas forcément armé).

Et puis on assiste à sa prise du pouvoir, assez rapide, et là l’héroïne devenu une quasi-déesse, va rencontrer les puissants de ce monde, Pape, présidents et service secrets et leur imposer sa vision néo-biblique. Alors s’enchaine les lieux communs sur l’Église, le Pouvoir et les hommes ou femmes politiques et les services secrets, presque des pensées de café du commerce.
Et voilà cette dame, cette héroïne, a changé, le monde humain et tout cela.

Et puis quatrième phase, pif, paf, pouf, c’était une escroquerie ! Mais oui, mais oui ! Elle n’a jamais été vraiment immortelle et elle ne pouvait pas stocker les consciences pour les rendre immortelles aussi. Et c’est son ami, son mari aimé qui la dénonce et l’envoie dans l’espace. Pourtant elle avait fait cela, comme une Batman du 21ème siècle, en super-héroïne technologique pour sauver l’humanité. Son mari a bien compris ses bonnes intentions donc comme l’inspecteur, il ne dira rien de l’escroquerie.

Et dernier rebondissement, et bien non ce n’était pas un roman, c’était le roman d’un roman, en effet il été écrit en 2018 par cette femme et elle a disparue.

Voilà, voilà.
A oui, Je n’ai pas compris à quoi servait le fils !?

Et enfin, l’écriture est très descriptive et les personnages sont peu profond. Alors, je pense ne pas avoir compris l’intention de Marc Dugain, dont je lirais quand même les prochains romans.

Entre parenthèse je suis en train de lire un feuilleton d’Anne Vassivière sur son Blog qui est vraiment étonnant et ouvre plus sur des perspectives de regard sur notre monde :
https://annevassiviere.blog/2021/07/28/les-saisons-de-lili-episode-1/
Pour l’instant, il y a 4 épisodes. J’adore !