Ce sont des mots !

Il n’y A, il n’EST,

Pas de commencement.

Néant,

Rien ABSOLU,

Entropie ABSOLU,

Infini néantique !

Et…

EST

L’AMOUR incommensurable,

Inconnaissable,

Impuissance inaccessible

Manifestions infini

Songe de matière

La matière induit le temps

Matière et temps provoquent le mouvement entretenu par l’Amour.

Création Permanente

La matière en mouvement entre en collision et apparait la vie.

La vie engendre la conscience et la conscience s’ouvre sur l’esprit qui retourne à l’amour infini, hors du temps.

Le Cosmos

Un amas de Galaxie

La voie lactée

Le système solaire

La terre

L’humanité

Et la personne humaine, pont qui s’ignore

Les dieux

Dieu

Marie née, grandie

Marie dit « Oui »

Joseph dit « oui, je t’accueille »

Jésus est né

Jésus nait

Il est le chemin d’or de l’humanité,

De la personne humaine

Il n’est aps la loi

Il est la voie

Il est la voix de l’amour

La néguentropie.

Nous ne sommes pas propriétaire de notre corps,

Juste l’intendant par l’amour qu’on lui porte ! Nous avons la responsabilité de lui garder sa dignité !

Nous ne sommes pas propriétaire de la terre,

Juste ses intendants !

Sororité, fraternité

Femmes, Hommes

La vie sur terre

Compte sur nous !

La chute de Gondolin par J.R.R. Tolkien

On peut se poser la question : Pourquoi continuer d’écrire des romans d’après les notes du père ? Pourquoi poursuivre dans la cornue cette alchimie ? Pourquoi le fils de 93 ans continue de mettre en livre les mots du père, et même aider par le petit fils ?

Pourquoi ?

L’univers de Tolkien est une expérience humaine sur 100 ans, c’est la genèse et le développement d’une mythologie unique, cohérente, aboutit, ouvrant des horizons inattendue et nouveaux. Les mythologies de cette richesse prirent plusieurs milliers d’années dans notre histoire humaines, incas, grecque, hindoux, sioux, peules, chrétienne, juive, et là elle est condensée sur trois générations.

La création de cette mythologie offre la possibilité in vivo la création de toutes le mythologie avec leur profondeur spirituelle.

Vivre ne consiste pas à enfermer sa vie entre travailler pour un salaire, sésame pour une consommation effréné d’objet auto destructible et autodestructeur, sésame pour un barbecue arrosé de rosé et agrémenté de quelque divertissement nous permettant d’oublier le sens de nos vies.

La personne humaine, les groupes humains, l’espèce humaine, peuvent aspirer à quelque chose d’autre. A quelque chose de donné, et d’offert par les mythes et les religions, un sens à nos vies.

Les Tolkien nous montrent comment se construisent les grand mythe, sachons en savourer l’offrande. Gondolin n’a jamais été aussi présente qu’à le lecture de cet opus, la tragédie d’Eldond, jamais aussi vraie.

Nous sommes en un temps ou un nouvel imaginaire, une nouvelle mythologie est indispensable à nos vies pour sortir de la connerie cauchemardesque du capitalisme de consommation cyberpunk et Transhumaniste. Les Tolkien ont quelque chose à nous dire.

Les Hérétiques de Dune par Frank Herbert

Des citations

Elle se rendait compte que celui-ci provenait en partie de l’utilisation par Taraza du mot « libéral ». Ses ancêtres Atréïdes se hérissaient à cette mention. c’était comme si les souvenirs de toutes ses aïeuls s’unissaient pour flétrir des préjugées inconscients et des sous-entendus douteux. « Seuls les libéraux savent penser. Seuls les libéraux sont de vrais intellectuels. Seuls les libéraux comprennent les besoins de leurs semblables. »
Que de malveillance pouvaient se cacher derrière ce mot, se disait Odrade. Que de faux amours-propres clamant leur désir de se sentir supérieurs !

« La compréhension exige des mots. Mais certaines choses ne peuvent réduite à de simples mots. L’expérience de certaines choses ne peut être faites qu’en l’absence de mots. »

« Le fait de dire qu’il existe des choses que les mots ne peuvent décrire ébranle un univers où les mots constituent la croyance suprême. »

« Je prononce le nom de Dieu, mais ce n’est pas mon Dieu. Ce n’est qu’un bruit, guère plus impressionnant que les autres bruits. »

Il y avait eu une époque, cependant, où tout espoir semblait perdu pour Gammu. Mêmes les rêves avaient disparu. Remontant de ces sombres abimes, la population était devenu bassement pragmatique. Si ça marche, c’est que c’est bien.

La richesse.

12ème lecture

12ème voyage sur Gamu, la planète qui fut jadis le fief des Harkonen.
12ème ballade à pied sur le sol de Rakis, cette planète qui jadis fût Dune.

Et
Pour
Moi
La fin de ce voyage coïncide avec mon entrée à l’hôpital. Alors se croisent, le vaste univers de Dune, où l’humanité joue encore avec ses démons que sont le pouvoir, la survie, la recherche du sens, et l’étroitesse de ma chambre dans le milieu hospitalier où se supperbose gentillesse et douceur avec la froideur glacée et certaine de ceux qui ont le pouvoir armé d’un savoir absolu.
De la science fiction ? Oh non, c’est de la littérature.

La littérature ce n’est pas une histoire ou seulement une histoire. Ce sont des mots qui se télescopent, se percutent, s’accompagnent pour faire naître un univers humain. La littérature est un accélérateur de particules. Il en ressort une nouvelle vision, une nouvelle compréhension, une nouvelle expérience.
Les hérétiques de Dune ne perd rien de sa puissance littéraire, politique, humaine et spirituelle en cette 12ème lecture. La question est posée comme un profond mantra :
« que sont les nobles fins ? »
Dieu est un mystère encore plus profond.

Je referme le roman et je vais bientôt ouvrir pour la 12ème fois la maison des mères. Entre les deux lecture d’un peu de poésie comme des lamelles de gingembre vinaigré lors d’un repas de sushi.

Je suis neurone du cosmos

Je suis un

L’univers entier est un nuage

Il a 12 dimensions

Il possède un nombre de un

Qui s’écrit avec 300 millions de chiffres

Alpha du centaure est un neurone

Sol est un neurone

Je suis un neurone

Tu es un neurone

Mon chien est un neurone

Mon chêne est un neurone

Nous sommes tous reliés les uns aux autres

Un seule information circule

Elle vient de Dieu

Il-elle Est dehors

Cette information est :

Je T’AIME

Épiphanies de l’ange par Roberto Veracini

Quelques vers glanés

Avant chaque voyage il y a la mer à traverser,
Avant chaque rêve, il y a la nuit à dépasser
Toujours uniforme est l’horizon, de terres lointaines.

…Et que je regarde les arbres et le ciel
et ne vois d’autre espèce
de rose
qui me convienne

LUISA S’EN VA

J’ai entrevu les yeux et l’éclair
et puis plus rien, juste
une ombre, la tienne, partout

La poésie

La poésie ?

La poésie, je ne sais pas ce que c’est.

Mais je connais l’effet qu’elle produit sur le corps et sur cette porte que jadis, avant Descartes, les humains appelés Esprit, (la porte de la spiritualité).

Les romans s’habillent de raisons et de rationalités, même en état de crédulité suspendu. Les romans nous appellent du côté de l’âme (ce qui anime le corps, la psyché) et nous servent, en plein ou en creux, une forme de morale, ou un code de conduite.

La poésie tente de nous faire vivre une expérience de vie non verbale. Des mots qui n’en sont plus, des petits poltergeist facétieux et espiègles frappent à la trappe du grenier. Nous montons et découvrons alors un ciel inattendu, et notre ange nous invite à regarder.

Et comme le dis Léo Ferré dans la poésie :

« D’ailleurs, elle n’est pas là
Mais dans la tête d’un fou
Qui s’ prend pour un hibou
À regarder la nuit
Habillée de souris
Comme sa bonne amie
La Poésie »

Roberto Veracini par la porte de dessins de Stephano Tonelli, nous invite à vivre cette expérience ! Une forme d’oraison avec l’ange en attendant de voir Dieu ! Mais Dieu n’est qu’un mot lui-même ! En vivre l’expérience non verbale est une quête de toute une vie !

Bon voyage !

En vérité, Merci !

Mon coeur contre la terre par Eric de Kermel

Croquis note

En mai alors quoi ? Écologie ?

Une haute vallée des alpes qui m’a réconcilié avec ces « prétentieuses » Alpes qui de leur hauteur nous écrasent. Cette haute Vallée bellement décrite où les sommets paraissent plus doux !

Et puis des bergers, surtout un, et des loups, des nouveaux arrivants.

Une promenade au cœur des douceurs et des doutes de l’auteur.

Mais…

Pourquoi a-t-il fallu qu’il prenne la voix d’une femme comme narratrice ?

Pourquoi vouloir prendre la parole pour une femme ?

Pense-t-il avoir plus à dire en tant que femme ?

Les femmes que l’on tait depuis le XVIème siècle, depuis l’avènement de la bourgeoisie et la suppression dans le dictionnaire de l’académie française des mots comme « professeuse », « autrice », « médecinne », « poétesse », « peintresse » …etc…. comme si seul la voix du mâle, de l’homme d’au final de « l’Homme » avait la voix au chapitre.

Cela m’a hanté tout au long de cette lecture, et m’a empêché d’y entrer tout à fait !

En tant qu’homme je ne m’autoriserais pas à parler au nom des femmes.

Premier jour

J’ai eu envie d’écrire un jeu de rôle et ensuite des scénario sur les premiers dont la trame serait les premiers chrétiens. Ceux qui côtoyèrent les apôtres et les premiers disciples ou qui côtoyèrent ceux qui avaient côtoyés les premiers disciples.

J’ai envie de proposer un jeu de rôle afin de parcourir cette période de l’histoire humaine qui de notre point de vue d’occidental dans lequel Dieu est Mort, nous semble folie.

J’ai cette envie parce que j’aime le jeu de rôle, mais aussi parce que je me suis réouvert à la foi chrétienne. J’ai en tête, en plus évangiles, des actes des apôtres, des lettres et même de l’apocalypse, les séries et film qui ont parlé du Christ et des premiers chrétien.

Je pense à la série Kingdom and Empire ou L’Évangile selon saint Matthieu de Pasolini, au différents péplum relatant cette époque comme Quo-Vadis, Paul, Apôtre du Christ, Pourquoi pas Marie Madeleine.
Confronté à ce désir, je lui cherche un nom, et il est rapidement évident ce sera « Ichthus ».

Je n’ai pas encore en tête les règles qui seront utilisé mais je trouve vite le logo :

Je cherche un peu du coté des jeux de rôle que je connais. Je découvre qu’un jeu Joan of Arc viens d’être publié par Black Book. Ce jeu a choisi une trame historique et pourtant s’appuie sur les règles de D&D 5.

Cela m’amène à penser que je peux chercher un corpus de règle qui serait ma base. Hellywood ? Non ! le dK ? Peut-être et puis cela me conduit à Tenga.

Je me dis donc que je vais adapter Tenga à cette période. Mais avant il va falloir que je trouve comment prendre contact avec les créateurs de ce jeu et voir s’ils accepteraient que j’utilise leur règle et comment. Voilà ou j’en suis en ce premier jour.

Oraison 28 mai 2019

Yeux fermés.
Trame lumière bleu et ténèbres
Lueur dissout l’obscure en volute.
L’amour Divin habite le néant
Et le cosmos EST volute.

Plonger en Samuel :
« Pourquoi voulez-vous d’un Roi ?
Il vous réduira esclave. »
« Nous voulons un roi,
A notre tête il marchera. »
« Alors qu’il en soit ainsi,
Sur votre tête il marchera »