24 février – premier (à Joseph Ponthus)

Lai du vieux chêne « Perchepies »

Je suis 1700 de vos ans
Encore jeune arbrisseau aux racines craquantes
Je conversais souvent avec le vieil olivier « Branchauvent »
Il était alors 1300 de vos ans.

Nous parlions de vous
Il évoquait le souvenir d’un humain
Un humain d’une femme venue
Elle était tellement légère
« Branchauvent » parlait avec elle
Tant elle était légère
Elle entendait l’univers entier en amour faire
Elle aimait depuis son enfance le charpentier
Qui était déjà plus âgée et marié
Quand veuf il devint
Elle lui fut promise
Sa joie lui fit voir les éclats de l’amour
Et son ventre conçu l’enfant
Le charpentier, malgré son état
Comme femme l’accueilli
Et l’enfant double de sa mère
Par ce père d’accueil, homme devint.
Iel était iel, il devint il
Plus loin que sa mère encore il entendait.
Avec mon ami il parlait
Avec les pierres, les animaux, il parlait
Il avait en lui l’amour de l’univers.
Mais le néant parmi les humains
Le haïssait
Ils détruisirent son corps
Iel revint.
Et l’univers entier se souvient.

J’ai entendu d’autres humains légers
J’ai pu parler avec eux.
Le plus doux et rigolo, s’appelait François.

A Joseph Ponthus

Je ne dois rien à l’usine pas plus qu’à l’analyse
je le dois à l’amour
Je le dois à la force
Je le dois à la vie

Une réflexion sur “24 février – premier (à Joseph Ponthus)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.