L’Imprudence par Alain Bashung (/ Jean Marie Fauque)

Quatuor n°4 par Anne Teresa De Keersmaeker, avec cette chanson de Bashung !

Et vous serez au fondement de ce que j’aime ! De ce j’aurais aimer rencontrer comme inattendu dans cet univers. En ces temps de Confinement, de Covid qui dissimule la plus grande crise économique de l’idéologie néolibérale. Cette idéologie est si peu courageuse qu’elle se cache derrière un Virus appartenant au grand cycle de la vie.

Laisse venir, laisse venir

Laisse venir
Laisse venir

Laisse venir
Laisse venir

Laisse venir

Laisse venir
Laisse venir

Laisse venir
Laisse venir

Tu perds ton temps
À mariner dans ses yeux
Tu perds ton sang

Tel Attila
Tel Othello
Tu te noircis
Dans quoi tu te mires
Dans quel étang

À l’avenir
Laisse venir
Laisse le vent du soir décider

À l’avenir
Laisse venir
Laisse venir
L’imprudence

Tu l’auras toujours, ta belle gueule
Tu l’auras, ta superbe
À défaut d’éloquence

Tel Machiavel
Tel Abel Gance
Tel Guillaume Tell
À quoi tu penses?
À quoi tu penses?

À l’avenir
Laisse venir
Laisse le vent du soir décider

À l’avenir
Laisse venir
Laisse venir
L’imprudence

Tu perds ton temps
À te percer à jour
Devant l’obstacle
Tu verras
On se révèle

Tel Perceval
Tel Casanova
Tel Harvey Keitel

À l’avenir
Laisse venir
Laisse le vent du soir décider

À l’avenir
Laisse venir
Laisse venir
L’imprudence
L’imprudence

Laisse venir
Laisse venir
Laisse venir
L’imprudence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.