A la fille de l’automne

À l’heure des adieux
Je sus la fragilité
Du lien amoureux
Lorsque ma main sur sa manche
N’eut raison d’un coup de vent

Akiko Yosano / poétesse japonaise (1878-1942)


Ce lien d’amour n’était que celui du corps,
Il lui avait fait rêver d’une autre porte.
Elle avait souhaité que fleurisse l’éternel
Le lien de l’esprit n’avait pas pris racine.

Poétesse je pleure sur nos faiblesses
Mais tu savais ta lumière
D’humaine.
« Un homme est un humain qui ne peut porter d’enfant »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.