Les Mitochondries de Mémé

J’ai les mitochondries de ma mère et mes enfants celles de leur mère. Mon épouse. Mémé par mon père n’a pas eu de petites filles par ses filles. Patronyme ! Encore hérité de mon père, mes enfants celui de mon père. 1888 né « Pépé » Etienne. 1894 née « Mémé » Marie. « Je » est Marie. « Je » est né Auzat, nom de mon père. Mais mes mitochondries sont ceux de ma mère, Marguerite. « Je » a épousé Etienne en 1910, « Je » suis 16 ans. 2 ans de plus avant de partir à l’armée pour mon amour. 1912, il part. Service jusqu’en Avril 1914. Enfin on se retrouve. 1914, la guerre, la grande. Mon époux, mon amour est dans la cavalerie, son amitié avec les chevaux. Paysan, il travaillait avec eux en amitié. Cavalerie durant la grande guerre quelle plaisanterie. Comme tous, il a finis dans les tranchées. Et « Je » souffrais d’Angoisses de ne pas le voir revenir. 1916, une permission, notre petite Jeanne vole sa vie de nos amours d’une permission. Jeanne, ma première née. Et oui l’amour des corps, des âmes et des portes de l’esprit peuvent donner naissance à une petite présence. 1918, enfin, fin de cette guerre gravissime. Combien ne sont pas revenus ? Combien sont revenus abimés, brisés ? Mon Etienne est revenu, triste, épuisé, Jeanne avait deux ans. Elle avait mes Mitochondries, comme mes autres enfants. Mon « Petit Paul » est venu en janvier 1921. Ma Germaine en 1925. Monde de paysan d’Auvergne. Qu’est que « Je » connait des mitochondries. Rien en fait. Mais « Je » sait écouter la Messe et « Je » sait le mot vérité en hébreux. EMETH et ses deux racines, Maternité et Mort. Mitochondrie est maternelle et elle décide de la mort cellulaire. EMETH. L’impensable est arrivé en 1940. Et en 1941, il fallait prendre de lourdes décisions. Etienne avait le souvenir de ses amitiés improbables, de ces paysans du Gabon, de ce lointain continent africain. Il avait combattu au coté de frères juifs ! Il prenait la décision pour toute la famille. « Je » rentrait dans de nouvelles années d’angoisses. Mais il était là a coté, et si nous étions tué ce serait en même temps. Les années d’après, rancœur et accidents de chasses. Enfin nous vieillissions ensemble. Mon Etienne est mort en 1966, et « Je » est partie en 1975. « Je » a été Marie. Et mes mitochondries se sont éteintes avec mes filles. Marie et Etienne étaient Mémé et Pépé. Je vous demande pardon de vous avoir un peu oublié.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.