1982 : mes 20 ans

En 1982, j’avais 20 ans
Ma poésie était brutale
Mes cheveux roux
Mon futur sans espoir

Mais l’avenir m’attendait
Avec son lot inattendu
La porte s’ouvrait
Et me montrait la permanente création

1982, j’avais 20 ans
Et Quelqu’un quelque part en été,
Et elle est arrivée…



Reste, je brûle à petit feu
Avec moi sous la pluie, à marcher sous la pluie douce
En appelant mon nom
Vois, je brûle à petit feu

Des jours brillants, dès le réveil
L’ombre de ces jours changera tous les jours
Des souvenirs, mémoire d’or brûlant
Les souvenirs de l’or du jour me transformaient alor
s

Il y a quelque part un endroit,
caché à mille regards
Et quelque part quelqu’un
qui peut voir ce que je vois

Quelqu’un, quelque part, en été
Quelqu’un, quelque part, en été
Quelqu’un, quelque part, en été

Les instants se consument, des nuits d’or qui brûlent lentement
Voir encore les lumières de la ville, portant les bougies à la flamme
Des jours brillants, dès le réveil
L’ombre de ces jours me changera chaque jour

Il y a quelque part un endroit,
caché à mille regards
Et quelque part quelqu’un
qui peut voir ce que je vois

Quelqu’un, quelque part, en été
Quelqu’un, quelque part, en été
Quelqu’un, quelque part, en été
Quelqu’un, quelque part, en été
Quelqu’un, quelque part, en été

Une réflexion sur “1982 : mes 20 ans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.