24 décembre 2020

Premier

Les labours

C’est en septembre,
Allées et venues dans le champ moissonné
Le socle de la charrue retourne la terre.
Ce qui était plat et sec devient onduleux et humide.
Et le regard posé sur le labour en train de se faire
Le désir de chaire monte.
La terre s’offre.

Deuxième

Le brulis

Un large labour profond entoure le champ.
Les rangs de paille dispersé sur la surface
Le feu allumé sous le vent prend et se répand.
Alors, la peur, la veille, l’éveille et l’aventure commence,
Que le feu reste brillant dans le champ.
Riche, brulis pour les prochains printemps.

Troisième

Irrigué pour sauver

An de grâce mil neuf cent septante six.
Le feu du soleil canicule,
Sauver les plantes au printemps semées.
L’eau.
Encore un labour étroit entre les rangs,
Emmener les citernes de fer en haut des champs.
Et déverser cette source improvisée.
L’eau s’écoule vers le bas
Les plantes reprennent vie.

Quatrième

Vanner

Le grain au grenier
Attend d’être séparer de l’ivraie.
Le van en bas patiente,
Et le vent du van officie
L’ivraie s’envole au vent
Le grain nourricier reste là,
Il est le renouveau du meunier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.