La nuit juste avant les forêts de Bernard Koltès

Parce que cette pièce écrite en 1977 est toujours vivante et vibrante.
Le texte m’avait retourné lorsque je l’avais vu joué par Denis Lavant en novembre 2000 aux abbesses. elle reste ancrée et encrée en moi.
Elle se rappelle a moi, chaque fois ou je croise un SDF perdu dans sa misère et dans sa lumière.

On ne peut que écouter et ré-écouter ce texte qui transcende tout les plans séquences. La condition humaine dans toute sa splendeur.

Le théâtre ou il ne reste plus que le chœur d’un cœur !

Le film n’est visible que jusqu’au samedi 11 novembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.