Mangeurs de Pierres

La campagne sur lulu.com

Les dix siècles du grand hiver ressemblent aux 100 ans du XIXème siècle de la terre. Nous y retrouverons les cités politiquement avancées comme l’Europe, les cités ayant une structure féodale comme la Russie et les cités qui se construisent dans l’anarchie la plus totale comme les États-Unis. Certains groupements de villae ressemblent également aux tribus africaines et d’autres groupements de cités fonctionnent comme les mandarinats chinois ou l’empire japonais des dernières années du shogunat.
L’organisation militaro-politique appelé empire possède un pouvoir administratif et régalien sur la moitié du monde. Il s’oppose à la vïa qui possèdent et entretien la route qui permet les liaisons et les communications dans le monde entier. L’empire ressemble à celui que battis Napoléon premier. Quant à la vïa, c’est une institution particulière qui ne trouve pas d’exemple dans notre histoire terrestre.
La guerre des trois orchidées s’achève. La passe des dragons est découverte par des expéditions commandées par le premier empereur (PJ nommé par le porteur de Carade), et, la totalité du continent est colonisé par la grande conquête de l’est. Les donanymes s’apprêtent à vivre un âge d’or, lune ère de paix sous l’empire.
Pourtant, des sages, de diverses philosophies se regroupant su sein du trièdre cerclé (qui est devenu le Trièdre), parviennent aux mêmes conclusions : Fryr, le soleil réchauffant la planète Ultereith, va disparaître pour plus d’un millénaire dans l’ombre, suite à l’explosion d’une planète. Les sages prévoient l’arrivée de l’ombre dans 150 ans vers l’an 1200 de la troisième ère.
A partir de cette découverte, le conseil des sagemages est créé. Ce conseil doit préparer l’organisation du monde afin qu’il puisse traverser le grand hiver à venir.
L’enjeu des trois orchidées avait été pour le trièdre d’unifier les donanymes sous une même bannière quelle qu’elle soit, et tant pis si cela avait été une dictature, maintenant, ils doivent organiser le monde pour survivre au froid d’un hiver de 1200 ans.
Les membres du conseil recherchent des appuis politiques et populaires dans un monde en cours d’unification. Ils doivent convaincre toutes les races de collaborer et d’oublier les vieilles rancunes qui ont perdues leur fondement aujourd’hui.
Au bout de 50 ans d’âpres négociations, quatre races : humaines, ancipielles, togentes, narsdroks s’accordent sur un compromis. Un groupe important d’humanordes quittent les négociations, insatisfait. On ne parle plus d’humain, d’ancipiel, de togent ou de narsdrok on parle de donanyme.
On oppose ces races dominantes aux animaux, en ce qu’elles sont capables d’élaborer de donner des noms.