La crue

Je suis né Jésus
Je suis venu par ma mère Marie
Joseph et elle m’ont aidé à grandir
Devenir jeune homme
Charpentier et doux villageois
Joseph a fini sa vie terrestre
J’ai repris l’atelier
Et repris les chantiers
Devoir du fils envers sa mère.
Mais, elle savait.
Et à Cana, elle a tout déclenché.
Sur moi, Jésus le charpentier
A déferlé mon Père.
L’arroyo que j’étais
Est devenu ruisseau
Puis rivière
Puis fleuve
Un Jourdain d’amour en crue.
Un amour d’une telle quantité
D’une telle puissance
Qu’elle a débordé en crue
Recouvrant toute la terre de cet amour brut.
Le fleuve ne pouvait s’arrêter
Il fallait fermer la source et se sacrifier
Alors j’ai tout donné
J’ai donné ma mère, mon amour, mes amis, mon corps, mon âme et un instant même mon esprit.
Et tout s’arrêta,
la crue brute s’infiltra
Je revins par la porte de lumière, la porte de l’esprit.
Je me suis révélé à quelques unes et puis quelques uns.
La Terre a séché
Je me suis enfin soustrait à leurs regards.
Avais je été un rêve ?
Avais je été une illusion ?
Toute la Terre avait été fertilisé par la crue.

Et mes sœurs, et mes frères en humanité
Poursuivent le chemin de la vraie liberté
Celle de la créature devenue créatrice.

Marie le savait depuis le premier jour de ses 16 ans.
Et l’autre Marie l’avait compris quand elle me vit à Cana.
La liberté de la Vérité.


C’est le débordement des fleuves qui toujours nourrissent et renouvelle la Terre.
La Révolution française a débordé jusqu’à Moscou, mais quand elle se retira en Louis XVIII toute l’Europe avait était fertilisé. Et au printemps naissaient le renouveau.

Rien ne peut plus être comme avant, une fois que Jésus fut mort sur la Croix et qu’il fut ressuscité.

Que dire de ce qui viens de se passer en France à Gauche.
Est-ce une nouvelle crue ?
L’aubépine se joindra-t-elle au Muguet en ce premier mai ?