Il y a

Ce qui nourrit
Ce qui soigne
Ce qui relie
Au cœur et à l’extérieur
Ce flux d’amour infini
Eternel, hors des temps
Irradiant, traversant
Les univers
L’univers
Les mondes
Le monde
Le minéral
Le végétal et l’animal
Renouvelé sans cesse
Créé et engendré
Chaque instant inattendu
Nietzsche s’en étonne
Jésus lie l’amour à l’étonnement
Et nous émerveille
Et nous dépasse
Et provoque le vertige
Un Vertige émerveillé
Le don de Crainte de l’Eternel
Don qui offre en cadeau
De s’asseoir en paix
Au bords des univers
De l’univers
Du Monde
De la création permanente
De cet amour
Qui nourrit
Qui soigne
Qui relie

Libre d’y participer.

… ou de choisir
les ténèbres du néant
les ténèbres des certitudes
qui enchainent
qui affame de renouveau
Ténèbres qui nous ramène au mal

Et finis dans ce zéro absorbant et total

Libre d’y échapper.


Cela faisait plusieurs matins que je le demandais, que je me demandais. C’est en lisant « Nietzsche et la vie » de Barbara Stiegler* que ces mots sont venu.
A moi ?
Je ne sais plus trop qui est « Je ».
une intersection singulière des flux permanents de la vie ?

* rien ne vient quand je lis les petits philosophe égo-narcissique sur-présent dans l’espace des médias. Vous voyiez lesquels n’est-ce pas ?

L’athée et la croyante (Fable)

« J’ai confiance en toi.
Je te connais,
Moi, je suis né avec une partie de toi.
Tu me connais,
Une partie de toi est né avec moi.
Je me passe de certitudes,
Ma confiance en toi suffit. »
Ainsi priait, chaque jour, l’ouvrière croyante,
Sur la chaine de son ouvrage.
Elle connaissait chaque pièce créée.
Elle réparait et entretenait les machines fatiguées.
Elle virevoltait en aval et en amont de sa place
Pour que chaque objet puisse naitre à l’existence.
Parfois, elle regardait en haut
Dans le bureau surplombant l’atelier,
Le directeur avec l’air si fatigué.

« Des certitudes, des certitudes,
Il me faut des certitudes.
Mes collaborateurs par moi salariés
Sont menteurs, ils sont aussi voleurs.
Je dois les surveiller.
Surveiller leur travail.
Surveiller aussi les comptes.
Surtout surveiller les fournisseurs, escrocs.
Et satisfaire les actionnaires.
Encore serrer la vis pour être certain. »
Ainsi pensait chaque jour le directeur athée.
Contrôle, pouvoir et besoin de certitudes.
Son cœur était en pierre,
Pour battre, il lui fallait une lourde masse.

Ce jour là, en colère, il descendit dans l’atelier
Pour vérifier, contrôler, punir et ordonner.
Mais au milieu de l’escalier de fer, son cœur s’arrêta.
Elle le vit tomber.
D’un bond, elle était à ses cotés
Elle pria ses collègues d’appeler les pompier.
Et de ses mains d’ouvrière, elle massa
Elle encourageait ce cœur de repartir
Elle y déposait tout son amour pour la vie.
Le cœur repartit
Les pompiers arrivèrent.

Elle se rendit à l’hôpital, pour le voir.
Il s’y trouvait l’épouse du directeur et ses enfants.
Ils avaient le regard dure
Ils avaient un cœur de pierre.
Dans son lit,
Nu, dans sa chemise d’hôpital,
Perdu, il pleurait.
Elle le salua,
Lui donna les nouvelles de tous,
Lui donna les nouvelles de l’usine.
Tous et tout allaient bien.
Elle lui sourit et lui serra la main.
Pour la première fois, il eut confiance.
En sortant elle sourit à la femme
Elle sourit aux enfants.
Quelque chose dans l’air se transforma.

Chaque jour est un inattendu
Chaque jour l’univers, notre cosmos se crée
Les certitudes d’hier, ne sont plus celle d’aujourd’hui
Le seul accueille possible de l’infini : la confiance.
La Foi.

Et voilà, une fable non genré, une ouvrière est une femme, est un homme, est un iel, de même pour le directeur. C’est une fable dont la morale, n’est pas moral mais juste un mot. Un mot qui devient une source nourricière. Elle offre à la vie de toujours se poursuivre.

Dérangé

En prière, aux jardins de nos silences,
les futurs établis par Big-Data ont déferlés.

Assis en oraison,
Le courant d’air glaciale transhumaniste, me pose question.
Dans ce verger pollué
D’égos en errance,
De mort des avenirs,
J’ai le sentiment inquiétant de voir surgir
Une bande,
Une clique,
Plus encore, une camarilla,
D’adolescents complexés et desséché,
Mais dont l’âge réel est bien avancé.
Ils portent dans leurs regards évidés leur échec spirituel intégral.
S’habillent de leur narcissisme exacerbé vacant,
Injustifié,
Ils se laissent penser que le monde, notre monde, notre terre,
Voudrait les garder immortel pour l’éternité.

C’est à la fois vertigineux, effrayant et abyssalement pathétique.
Et en ce jardin emparé,
Puis abimé,
Macron est leur fer de Lance.

Mais nous avons les poétesses, les artistes, les rêveuses et les joueuses
En toute Adelphité, iels inventent des mots nouveaux,
Des grammaires nouvelles,
Des inventions n’ayant encore jamais poussées,
Le jardin s’habille alors d’une beauté neuve.
Pas innovante, pas renouvelé. Non, naissante.
Le jardin où ne peut entrer le vieux monde.

Iels me disent à l’oreille,
N’importe où sur terre, tu es au bord du monde
N’importe où dans l’univers, tu es au bord de Cosmos.
Et de l’autre coté brillent d’une lumière sans pareil
La beauté et l’amour.