Indécentes : Histoires érotiques au féminin

Karmemma sur Babelio écrit :

« Les autrices érotiques des années 2020 sont DÉPRIMÉES ! Elles nous parlent de vieillesse et de regrets, de relations toxiques qui partent en sucette, de canicule, de violence conjugale, de deuil, de vengeance. On y baise mais en larmes, on éprouve du désir mais rarement sans dégoût, les hommes n’ont guère le beau rôle et la légèreté n’est pas au rendez-vous.
Si plusieurs de ces textes ont de vraies qualités, j’ai eu du mal à ressentir la moindre excitation face à tant de noirceur. Le post-« #MeToo », ce serait donc le retour du couple Éros-Thanatos dans toute sa splendeur ? Pourquoi pas, mais n’oublions pas le plaisir ! »

Et je lui répondais :

« Il y a du vrai dans ce que vous écrivez, toutefois, je trouve que malgré cette noirceur, il y a le désir de trouver de la lumière dans la relation. Je ne perçois pas des autrices déprimées, mais je les sens consciente du tragique de notre époque et certainement de la vie vécue par nos ancêtres. En sous-texte, il apparait malgré ce tragique beaucoup d’espérance en la vie. Certes nous sommes plus proche de Phèdre que d’Anaïs Nin. »

Effectivement, je perçois dans ces nouvelles une réflexion qui va au-delà du désir et du plaisir sexuel. Les autrices nous accompagnent sur un chemin qui invite à une réflexion sur la Relation avec une majuscule, la relation interhumaine au-delà des genres et même avec le monde du vivant plus largement, illustré par exemple par la nouvelle d’Anne Vassivière et son héroïne déçu par le monde humain, qu’on ressent patriarcale et dure, elle élargi donc sa sphère de la relation au-delà de celui-ci, à travers un chien. Cette nouvelle par son style sans être transgressive dans son style est absolument subversif !

Quoi qu’il en soit à la lecture de ces nouvelles, on se retrouve à questionner le monde dans lequel nous vivons tout en ressentant la tension sexuelle présente et qui prend un sens plus élevé.

La littérature érotique devient très clairement de la Littérature quand les mots questionnent le monde dépassant le divertissement.


Allez lire ce qu’en dis Anne Vassivière, elle même sur son Blog.
ECRIRE EROS (il dit tant de nous)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.