5 février 2021 – premier

Souvent, sous le vent de l’aurore
Je retourne à la maison de Marie et Joseph
Elle est sur la grand place,
Et derrière commence la monté du col.
Elle ressemble, à la maison de Mémé.
Elle est décédée.
Elle est la mère de mon père
Ma grand-mère Marie.

Vous entrez par la porte toujours ouverte.

A droite, Marie,
A la fenêtre qui regarde la place et la rue
Une petite ou un petit, tombe, elle se précipite
Elle l’aide à se relever
Une petite un petit est en joie d’une réussite
Elle ouvre la fenêtre et l’encourage.
Elle vous salue.

A gauche, Joseph
Il travaille pour les maisons tombées
Il travaille pour les maisons naissantes
Il a formé jadis ses enfants
Il forme l’enfant de Marie
Son enfant adopté
Qui aura alors du métier.
Il vous salue.

Et derrière, la maison de Joseph et Marie,
L’enclot.
Avec à gauche, la réserve de bois et de planches,
Et la basse-cour.
A droite, la bergerie des brebis et des chèvres.
L’enclot de la patience avant de monter aux pâtures.

A la sortie de l’enclot, Lucifer.

Lucifer est là pour montrer le chemin facile
La route plate du pouvoir, de l’argent,
Du prendre sans donner, sans rendre, les corps les psychés,
Et fermer la porte de l’esprit.
Il est là, triste, en colère pour nous inviter à la prendre.
Elle est gratuite.
Et augmente sa colère quand nous l’empruntons.
Il n’a pas de choix,
C’est le prix de notre liberté.
Mais si vous prenez le sentier de la brume,
Le col à venir, inattendu,
Incertain,
Toujours en mouvement,
En création permanente,
Alors, sa douleur de colère s’apaise un instant.
Alors, il vous salue.

Et alors suivant ce col de la brume lumineuse
Vous pouvez y rencontrer
Marie, de Magdalena, et son anneau
Jeanne, d’Arc, et son épée et son armure
Thérèse, d’Avila, et ses livres
Bernadette, de Lourdes, et son seau et ses sabots
Thérèse, de Lisieux, et ses fleurs séchées.
Et si vous le leur demandez, elle vous prête leur Foi.
Et la porte d’où vient la colombe s’ouvre
Alors vous apercevez au loin Sa silhouette.
Une silhouette vigoureuse, joyeuse
Chacun de ses pas prolonge et créer le sentier
Et vous pouvez à votre tour, créer de nouvelles voies.

Souvent, sous le vent d’aurore
Je retourne à la maison de ma Grand-Mère
Mémé Marie, l’épouse de Pépé Étienne.
Ils vous salue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.