La métamorphose par Kafka

Le fantastique

Tzvetan Todorov défini le fantastique comme l’arrivé de l’étrange dans un récit. le fantastique est l’entre-deux, le décor est perçu comme naturel et s’y introduit des marques du surnaturel, et donc l’hésitation.

Pour qui la métamorphose

Là le fantastique est posé dès le départ. Gregor est déjà un insecte. La métamorphose a déjà eu lieu. Alors quelle métamorphose décrit la nouvelle ?
Qui sont ceux qui vont se métamorphoser tout au long de celle-ci ?
Je me demande si ce n’est pas celle du lecteur, moi-même qui assiste impuissant au cheminement vers l’idée du meurtre de Gregor par les membres de la famille. C’est nous même, lecteur qui devons faire le choix moral.
A la fin, en tant que lecteur nous ne pouvons plus nous cacher ? Quel coté avons-nous choisis ?
Il s’agit de la métamorphose du lecteur que Kafka provoque.
Nous sommes responsables de notre morale, comme dans le procès « K » était coupable de ne pas se savoir innocent !

Croquis-note

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.